La dernière fugitive ~ Tracy Chevalier

18155260_863474093793524_1891728833_n.jpg

J’ai offert La dernière fugitive à ma maman pour son anniversaire l’année dernière, elle qui est une passionnée de patchwork et de couture. Elle me l’a conseillé vivement une fois terminé. Bien qu’il soit resté un petit moment dans ma bibliothèque, j’ai décidé de l’ouvrir et de m’y plonger, souhaitant découvrir l’univers des Quakers. 

Résumé :

1850. Après un revers sentimental, Honor fuit les regards compatissants des membres de sa communauté quaker. Elle s’embarque pour les États-Unis avec sa sœur, Grace, qui doit rejoindre son fiancé. À l’éprouvante traversée s’ajoute bientôt une autre épreuve : la mort de Grace, emportée par la fièvre jaune. Honor décide néanmoins de poursuivre son voyage jusqu’à Faithwell, une petite bourgade de l’Ohio. C’est dans cette Amérique encore sauvage et soumise aux lois esclavagistes, contre lesquelles les quakers s’insurgent, qu’elle va essayer de se reconstruire.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Ce qui m’a surprise en lisant ce roman, c’est mon ignorance totale concernant chaque thème abordé. J’ai adoré et apprécié ma lecture parce que j’ai appris énormément de choses. On est plongé dans l’univers d’Honor, qui a émigré aux Etats-Unis, dans l’Ohio plus précisément, après une rupture amoureuse. Honor fait partie de la communauté des Quakers, qui est la Société Religieuse des Amis. En arrivant sur le territoire américain, elle se rend compte de la différence des pratiques irlandaises qu’elle avait coutume de respecter et celles américaines qui la déroutent. Le dépaysement de la jeune femme m’a touchée.

Tout au long du roman, on découvre la particularité de ces Quakers : le patchwork et la confection de courtepointes. Elle confectionne, couse. Honor s’aperçoit bien vite qu’elle maîtrise ces techniques bien mieux que les américaines qui l’envie et la jalouse. J’ai découvert cette caractéristique des communautés anglo-saxonnes. Même si j’ai eu beaucoup de mal à me représenter les ouvrages qu’elle confectionnait, j’ai sans mal imaginer le travail et l’implication d’une telle oeuvre. Cette activité apporte à Honor la paix et le repos dont elle a besoin pour affronter cette nouvelle vie américaine, pour s’acclimater à ce nouveau pays et sa nouvelle famille, celle de son mari.

Tiraillée entre ses convictions et celle de sa famille, elle va continuer au fur et à mesure du roman à découvrir que les différences de pays affecte leur point de vue malgré leur appartenance à la même communauté. Lorsqu’elle va s’apercevoir que sa maison est un point de passage de Noir pour rejoindre le Canada, elle sera abasourdie par le comportement de sa belle-mère et s’impliquera dans cette lutte à l’encontre de sa famille. Honor est une femme déterminée, courageuse et forte, qui prendra chaque jour en assurance et confiance en elle, sans jamais faiblir.

♦ ♦

Une histoire dont le fil rouge est cousu à merveille, nous entraînant au cœur d’un conflit ségrégationniste lors de la création du réseau d’aide des abolitionnistes et de l’underground railroad. Page après page, on assiste à l’envol d’une jeune femme transformée et de plus en plus mâture, dont la passion de la couture ne s’éteindra jamais et la réunira plusieurs fois avec elle-même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s