La petite boulangerie du bout du monde ~ Jenny Colgan

DSC_0928.JPG

J’ai découvert ce roman totalement par hasard et son titre m’a beaucoup surprise. Un titre aussi long ne m’inspirait pas beaucoup et pourtant, j’ai découvert un roman frais, drôle et léger. 

Résumé :

Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Elle s’installe seule dans un minuscule appartement situé au-dessus d’une boutique laissée à l’abandon. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain.

Au fil des rencontres farfelues (un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands) et au gré des événements heureux ou tragiques qui touchent la communauté, ce qui ne devait être qu’un simple  » break  » devient l’entreprise de sa vie. Polly se révèle enfin à elle-même : une femme déterminée et créative, prête à mordre dans la vie comme dans une mie de pain chaude et croustillante.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Polly est une femme sûre d’elle qui n’hésite pas à faire ce qu’elle aime faire, bien que cela puisse lui attirer des ennuis. Elle est entière, aime faire plaisir et on l’apprécie pour cela. Obstinée et ambitieuse, elle rêve de sa boulangerie et se donnera les moyens de la réaliser. Malgré la perte de son emploi et de son mari, elle reste une femme forte qui ne baisse jamais les bras.

Alors qu’elle s’enfonçait dans la campagne, loin de la côte, elle réalisa qu’une éternité s’était écoulée depuis qu’elle avait marché pour le seul plaisir de marcher. Du temps où elle était solvable, elle fréquentait les rues de Plymouth pour faire du shopping, elle se rendait aussi régulièrement dans sa salle de sport, mais jamais elle ne sortait pour marcher, tout simplement. (…) De nouveau, elle sourit à cette sensation présente au niveau des épaules, et cette fois réussit à la définir. Une sensation d’absence. Absence de poids, de tension.

Bien sur, ce livre bienveillant a sa touche d’amour. La petite histoire que Polly vivra ne tourne pas à la mièvrerie et je remercie l’auteur pour ne pas l’avoir tant développé que cela. Le but de se roman n’est pas de permettre à Polly de retrouver l’amour mais de se retrouver elle-même. Elle y arrive, à l’aide de projets et d’objectifs qu’elle se met elle-même. Polly n’est jamais fatiguée et on la suit dans sa vie bien remplie !

J’ai bien aimé ce livre mais il n’est pas un coup de cœur. J’ai passé un bon moment à Polberne, un petit village duquel on a envie de s’échapper une fois arrivé et pourtant… A la fin du livre, il paraît tellement attachant et plus vivant que Plymouth qu’on pourrait y déposer ses valises.

♦ ♦

Un roman léger, idéal pour les vacances qui mêle valeurs de partage, d’entraide sur un ton drôle et léger. Même si le fond est nettement la crise économique qui a touché l’entreprise de Polly, elle n’y ait pas développé et j’ai apprécié.

Alors, Polly repenserait aux reflets du soleil scintillant à la crête des vagues, quand la mer était haute, aux changements de lumière et aussi à l’eau qui se teintait de rose, de mauve et de violet lorsque le soleil se couchait, à l’ouest. Vous compreniez qu’un autre jour était sur le point de se terminer, sans que vous ayez eu envie d’aller nulle part ailleurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s