La cuisinière ~ Mary Beth Keane

la cuisinière.JPG

C’est dans le cadre du club de lecture de PrettyBooks que j’ai découvert La cuisinière. N’ayant jamais entendu parler de ce scandale, je me suis plongée tête baissée dans l’histoire de Mary.

Résumé :

Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s’intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu’on l’observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer.

Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu’elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l’envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan.

CE QUEJE PENSE-01

J’ai plutôt apprécié ma lecture, bien qu’avec du recul, j’ai un avis assez mitigé. C’est un roman qui reste tout de même clivé. La première partie est très centrée sur Mary, sur son arrestation et son combat contre les autorités sanitaires tandis que la deuxième partie se consacre à son histoire d’amour avec Alfred.

Malgré un fond historique qui m’a énormément plu, de nombreux passages sont longs à la lecture, notamment de multiples flash-back qui viennent ponctuer et alourdir la narration. Même s’ils aident parfois à comprendre le caractère et le vécu de Mary, je les ai trouvé inadaptés à certains moments du livre.

On ne peut parler de ce livre sans parler de Mary, cuisinière à la forte personnalité et au caractère trempé, est talentueuse. Elle n’hésite pas à être arrogante pour prouver ses capacités. Obstinée, elle se bat pour ce qu’elle aime faire, quitte à mettre en danger de nouvelles personnes. Personnellement, elle m’a été insupportable tout au long de ma lecture même si son intelligence nous amène à ressentir de l’empathie.

J’ai aimé ce combat qu’elle a mené car malgré ce caractère imbuvable, elle ne s’est jamais laissée faire et s’est battue pour obtenir gain de cause contre une société qui a sans cesse voulu l’enfermer et l’isoler. Je retiens d’elle une femme forte, acceptant toujours son destin la tête haute.

Quand on sait que ce livre est tiré d’une histoire vraie, d’une femme qui fut classée « la femme la plus dangereuse d’Amérique » et appelée « la porteuse de germes », on ne peut que ressentir de l’empathie pour cette femme. Le destin effroyable auquel elle a été destinée est bouleversant et me fait être partagée sur ce livre…

BONNE LECTURE-01

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s