A demain, Lou ~ Marie-Claude Vincent

a demain lou.JPG

Je suis passée devant en librairie de nombreuses fois, après avoir lu des chroniques qui en faisait l’éloge. Je ne connaissais pas Marie-Claude Vincent, bien qu’ayant déjà écrit trois livres avant celui-ci. J’ai finalement craqué, le livre abordant un thème relativement tabou dans notre société aujourd’hui.

Résumé :

Elisabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famaille unie et joyeuse. Jusqu’au jour où Eli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n’ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l’esprit refuse d’accepter, mais admettre qu’Eli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout.

Mon avis :  Coup de 

Lou a douze ans lorsqu’Eli, sa sœur aînée, meurt pendant un week-end. Elle se souvient des derniers mots qu’elle lui a dit, elle se souvient de sa sœur étant partie et elle l’attend… Elle attend qu’elle revienne, car pour Lou, Eli ne l’a pas abandonné. Elle va revenir, surgir en s’excusant de l’avoir fait attendre aussi longtemps. Mais les mois passent, défilent…

C’est un roman foncièrement triste, qui évoque avec finesse le travail complexe du deuil d’une petite fille de douze ans à qui le mot « partir » ne signifie pas la mort. Elle va passer par des étapes cruciales telles que le déni, dans lequel elle va établir toutes sortes d’habitudes, de manies et de comportements farfelus qui montrent davantage ses réactions corporelles face à la mort d’Eli, puis l’acceptation, au moment où l’esprit prend conscience et enfin, le vide.

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que le style de Marie-Claude Vincent ne passe pas par quatre chemins pour dire les choses. Elle a également la faculté de nous montrer de manière simple et pourtant très puissante comment une fillette de douze ans se trouve embarquée dans un travail de deuil. C’est agréable à lire malgré un thème très dur et d’autant plus tabou dans notre société. Elle manie la plume avec perfection pour que cela vienne nous toucher et faire réveiller en nous l’instinct fraternel qu’on peut avoir.

Lou est attachante, c’est une battante. Son esprit est fort tandis que ces gestes disent le contraire. Elle tente de (sur)vivre, d’avancer à sa manière pour souffrir le moins possible alors que son comportement traduit l’exact opposé  de ces pensées.

♦ ♦

Un roman sublime et extrêmement puissant qui nous plonge au cœur de l’histoire d’une enfant de douze ans face à un pouvoir irréversible et immensurable. Comment faire face ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s