89 mois ~ Caroline Michel

89 mois (5).JPG

Ce joli roman m’a fait très envie quand j’ai lu son résumé. La thématique abordée m’intéressait énormément et me rappelait la chanson de Goldman, Elle a fait un bébé toute seule. Aussitôt publié, je me le suis procuré pour le lire rapidement.

Résumé :

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Jeanne a 33 ans, elle est contrôleuse à la SNCF et il lui reste exactement 89 mois avant ses 40 ans et donc, comme elle le dit si bien « que son corps soit hors-jeu ». Durant ces 89 mois, elle n’a qu’un objectif : tomber enceinte, quoiqu’il lui en coûte.

On rencontre donc une femme obstinée, déterminée et même obsédée par la maternité et son désir de devenir maman, au point qu’elle parle très souvent à ce bébé qui n’existe pas encore mais qu’elle imagine déjà avec beaucoup d’amour et de tendresse. Elle va cependant se heurter aux principes de ses amies, aux mœurs de notre société actuelle, qui prône les valeurs familiales et la famille père/mère/enfant.

Jeanne va tenter par tous les moyens d’expliquer et justifier son choix auprès de sa famille, ses proches pour le faire respecter. Bien qu’elle chancelle, qu’elle vacille, son désir restera sa principale motivation et le fil rouge de cette histoire rigolote et touchante. Peu importe le moyen, Jeanne comprend rapidement qu’être enceinte est une épreuve et peut s’accompagner de difficultés, qu’elle affrontera les unes après les autres.

Ce n’est pas le couple qui est ici à sa place, Jeanne n’est pas à la recherche de l’amour ni du prince charmant. Elle a la recherche de son bébé. La place du père est oubliée dans une histoire qui pourtant est remplie de caractère masculin, à travers les personnages de Nicolas, Félix, Alfred, Arnaud… C’est peut-être ce qui m’a un peu dérangée. Aucun de ces hommes ne trouve à redire à ce désir de maternité qui reste égoïste.

De plus, l’histoire n’est pas sans examiner les clichés de la maternité, des femmes enceintes et des aspects négatifs de celles-ci. J’ai été un peu déçue de constater que l’issue de ces dix mois passés en compagnie de Jeanne était aussi banale. Bien que j’en sois très heureuse, cela ne m’a pas surprise.

♦ ♦

Un roman frais, léger et drôle qui nous plonge dans la sphère maternelle et qui nous prouve que parfois, le désir d’être mère est bien plus fort que toutes les valeurs sociétales, les préjugés et les avis. Pleines d’humour, les mésaventures de Jeanne sont touchantes et très agréables à lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s