Entre mes mains, le bonheur se faufile ~ Agnès Martin-Lugand

entre mes mains le bonheur se faufile.jpg

En avril, j’ai lu Les gens heureux lisent et boivent du café puis j’ai enchaîné en mai avec sa suite, La vie est facile, ne t’inquiètes pas. Ce mois-ci, c’est avec Entre mes mains le bonheur se faufile que je suis partie en week-end. 

Résumé :

Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.

Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Depuis le premier que j’ai lu de l’auteur, j’ai adoré son style d’écriture et les histoires dans lesquelles elles nous emportent. Entre mes mains le bonheur se faufile n’a rien à voir avec Les gens heureux lisent et boivent du café et j’ai été très heureuse de constater que l’histoire prend un tournant complètement différent, bien qu’il soit toujours question d’un portrait de femme.

Iris est coincée dans un emploi dans une banque qui ne lui plait pas. A ses heures perdues, elle coud et confectionne des vêtements. Lors d’un repas chez ses parents, elle découvre qu’ils lui ont volé l’avenir dont elle rêvait : devenir couturière. Elle décide alors de tout plaquer et de réaliser ce rêve.

Iris m’a tout de suite été familière, attachante. J’ai beaucoup aimé navigué dans sa vie avec elle, entre ses allers-retours à Paris, sa vie mondaine dans un Paris de style et de luxe. Elle flirte, minaude et se redécouvre à travers la confection, le stylisme et la couture. J’ai adoré cette liberté qu’elle incarne soudainement, cette force de caractère qu’elle possède, lui permettant d’accéder à ces désirs et à son rêve.

Les héroïnes d’Agnès Martin-Lugand ont un point commun : elle ne recule devant aucune opportunité et sont plus ou moins bien entourée. Iris est ainsi : elle n’hésite pas et s’embarque corps et âme dans sa nouvelle vie. Grâce à Marthe, jeune femme mystérieuse et déconcertante, qui m’a beaucoup rebuté au début de l’histoire. Elle n’était pour moi pas digne de la confiance que lui accordait Iris. Toujours est-il qu’elle va permettre à Iris d’accéder à l’élite parisienne et de développer son talent. Grâce à Gabriel, fils adoptif de Marthe et jeune ange déchu, elle se redécouvrira et prendra confiance en elle, jusqu’à vaciller. Cela ne sera malheureusement pas sans épines…

♦ ♦

Un livre qui m’a tenue en haleine du début à la fin, une histoire qui m’a emmenée de surprise en surprise et que j’ai dévoré en quelques heures. Un portrait de femme qui évolue au fil des pages qu’on tourne. Un régal, un délice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s