La tentation d’être heureux ~ Lorenzo Marone

9782714470980d

La tentation d’être heureux est un de ses romans littéraires qui me faisait très envie : son résumé me faisait vaguement penser à Ferdinand, le protagoniste de Mémé dans les orties, d’Aurélie Valognes ; puis parce que sa couverture avait un côté très feel-good que j’ai adoré retrouver dans le roman. Je remercie NetGalley pour l’envoi de cet e-book.

 Résumé :

Dans un vieux quartier napolitain, il y a un immeuble. Dans ce vieil immeuble, il y a des habitants qui ont toujours été là. Il y a Mme Vitagliano, la dame aux chats ; Marino, que la mélancolie a cloué à son fauteuil.
Et puis il y a Cesare Annunziata, soixante-dix-sept ans et une colère intacte. Sa femme ? Une lâcheuse qui l’a abandonné en mourant cinq ans plus tôt. Sa fille ? Une coincée qui passe son temps à le supplier d’arrêter de boire et de fumer. Son fils ? Un lâche qui n’ose même pas lui avouer son homosexualité. Sa maîtresse ? Une chouette fille, mais peu présentable. Les autres ? Un ramassis de menteurs et de couards.

Et voici qu’un jour débarque un jeune couple. Et très vite résonnent les échos de violentes disputes. Que faire quand soir après soir vous tremblez pour la voisine ? Et si, en tentant de sauver la jeune femme, Cesare se sauvait lui-même ? Et s’il était temps de baisser enfin la garde ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Cesare est un papy de 77 ans qui rumine sa vie dans son appartement, qui était également celui de sa femme décédée. En feuilletant quelques pages, on comprend vite qu’il est acariâtre et bourru. C’est en ça qu’il m’a rappelé Ferdinand, le papy aussi aigri d’Aurélie Valognes. Cependant, ce sont deux univers différent. Lorenzo Marone choisit de placer son histoire dans le cœur de Naples, une ville qui est souvent évoquée et qui semble très belle en comparaison du caractère de Cesare.

Au rythme de chapitres tantôt courts et tantôt plus long, on découvre la vie de Cesare : ses amis de palier, sa fille, son fils homosexuel, son petit-fils, ses nombreuses conquêtes, etc. Les situations que vivent nos personnages sont toujours cocasses et très rigolotes à lire. L’auteur s’est amusé à créer des personnages qui peuvent paraître déjantés ou loufoque : l’ami-des-chats-errants ou Marino font partis de ceux-là et rendent à l’histoire (qui n’est pas toujours drôle) un penchant amusant. 

Cependant, au-delà des aspects drôle, cette histoire n’est pas foncièrement drôle. Emma, une jeune femme trentenaire s’installe avec son mari dans l’appartement voisin. Ce qu’entend Cesare la nuit est loin de lui plaire… Cette femme, maltraitée, permettra à notre papy d’éclore son cœur rabougri et j’ai adoré découvrir un personnage sympathique, attachant et plein de bonne volonté envers autrui lorsqu’on lui en donne la possibilité. 

◆ ◆

Un roman que j’ai vraiment aimé, qui est bourré d’humour et qui traite de nombreux sujets : la vieillesse, l’abandon, la famille. Pleine d’émotions, c’est l’histoire d’un homme qui éclot telle une fleur vers des sentiments aimables et, même si parfois le roman m’a paru souffrir de quelques longueurs, j’ai adoré partager ces quelques  pages avec Cesare.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s