Le chagrin des vivants ~ Anna Hope

A14725.jpg

C’est après avoir lu un article sur les commémorations du 11 novembre que j’ai eu envie de lire Le chagrin des vivants à cette période. Il a été publié en janvier 2016, aux éditions Gallimard, à l’occasion de la rentrée littéraire d’hiver et bien qu’il ne m’ait pas tapé dans l’œil à sa publication, cela a été une très bonne lecture.

Résumé :

Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l’Angleterre attend l’arrivée du Soldat Inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d’hommes ont disparu, cette cérémonie d’hommage est bien plus qu’un simple symbole, elle recueille la peine d’une nation entière. A Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé à été tué et qui travaille au bureau des pensions de l’armée. Ada, qui ne cesse d’apercevoir son fils pourtant tombé au front. Hettie, qui accompagne tous les soirs d’anciens soldats sur la piste du Hammersmith Palais pour six pence la danse.

Dans une ville peuplée d’hommes incapables de retrouver leur place au sein d’une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l’équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les cœurs s’apaisent.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 

Le chagrin des vivants a été une agréable surprise. Je ne m’attendais pas à lire l’histoire un roman qui traite de la guerre avec autant de pudeur. Les récits de vie de ces trois femmes qu’on suit durant les cinq jours qui précèdent les commémorations du 11 novembre 1920 n’est ni triste au point de faire pleurer, ni émouvant larmoyant. D’un point de vue contextuel, l’histoire se place alors que les Britanniques sont dans l’attente du Soldat Inconnu qui arrive de France.

Les points de vue s’alternent entre Evelyn, Ada et Hettie, trois femmes qui ont été victimes de cette guerre qui a ravagé leur pays et leurs hommes. Elles sont tantôt résignées, attristées, blessées, meurtries… Evelyn a perdu son fiancé pendant la guerre et les souvenirs qu’elle garde de lui la rendent démunie. Ada tente, quant à elle, de se remettre de la mort de son fils, délaissant par la même occasion son mari qui lui aussi vit cette période de deuil à sa manière. Hettie est touchée par le retour de son frère qui revit cette guerre et le rend d’une certaine manière « handicapé ». Chacune à leur manière pourtant elle continue d’avancer dans leur vie, l’une en dansant, l’autre en travaillant et la dernière en revivant les instants qu’elle a passé avec son fils.

Ce roman est traité, comme je l’ai dis plus haut, avec beaucoup de pudeur et c’est ce qui m’a le plus touché. Les émotions, les sentiments de ces femmes sont évoqués  sans excès, comme si Anna HOPE les traitait leur chagrin et celui d’une nation qui se reconstruit dans l’après-guerre avec un infini respect. Ce chagrin prend une place centrale dans le roman et si c’est celui des vivants qui est abordé, c’est parce que nombreux hommes ne sont pas rentrés et on ignore encore où ils sont et où ils resteront pour l’éternité. Le deuil de ces trois femmes représente celui d’une nation, car comment faire son deuil en ignorant la vérité sur la mort de ces proches ?

♦ ♦

Un magnifique roman qui traite avec pudeur la reconstruction d’un pays dans l’après-guerre. C’est dans l’attente du Soldat Inconnu et des commémorations du 11 novembre qu’on découvre les portraits de trois femmes qui vécurent chacune la guerre à leur façon et qui y laissèrent toutes une part d’elles. J’ai été très émue par leurs histoires et leurs chagrin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s