La plantation ~ Leila Meacham

IMG_2700.JPG

Je suis de près les parutions des éditions Charleston, en général je les aime beaucoup. Premièrement publié en grand format en 2015, La plantation est sorti au format poche en janvier et, bien que je m’y sois penchée quelques mois plus tard, je suis contente de l’avoir fait car ce fut une excellente lecture.

Résumé :

Caroline du Sud, avant la guerre de Sécession. Privé de son héritage, Silas Toliver s’associe à son meilleur ami, Jeremy Warwick, pour monter une expédition ferroviaire vers un nouveau territoire portant le nom de Texas. Jessica, fille d’un riche propriétaire terrien, a caché un esclave fugitif. Son père veut la marier avec Silas pour sauver l’honneur de sa famille.

Amour, mariages, amitié, trahison, tragédie et triomphe, tous les ingrédients qui ont fait le succès des Roses de Somerset sont là, avec en toile de fond l’esclavage et son abolition, la découverte de l’Ouest, la guerre de Sécession.

 Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Ce n’est qu’au milieu du roman que j’ai compris que La plantation était le préquel du premier roman de Leila Meacham, Les Roses de Somerset. Ce qui est drôle car j’avais beaucoup aimé le résumé des Roses de Somerset et que je m’étais dis que j’avais très envie de le découvrir. Le hasard a fait que j’ai découvert l’histoire des Toliver dans le bon ordre chronologique !

La plantation traite de nombreux thèmes qui se chevauchent une thématique principale : l’esclavage. Leila Meacham a choisi de retracer des années de l’histoire américaine liée à l’esclavage et qui débute du mariage de Silas et Jessica jusqu’à la mort de cette dernière. Soixante-dix ans séparent ces deux événements et au fil des pages, l’histoire de cette famille se dénoue doucement sur fond historique.

Silas est un homme ambitieux, déshérité qui décide de partir pour le Texas afin de cultiver la terre et de faire prospérer sa propre plantation de coton. Plus amoureux de sa plantation que de sa femme, celle-ci va pourtant petit à petit s’insinuer dans son cœur pour former un couple fort. Cette solidité qui les lie malgré le mariage arrangé et financier qui les unit m’a beaucoup touchée. J’ai aimé voir ce couple évoluer vers le bien malgré les épreuves qui les attendent et la malédiction prédite.

La plume de Leila Meacham est douce et fluide, elle est empreinte de réalisme et traduit pages après pages des histoires d’amour toutes plus belles les unes que les autres, des histoires de familles compliquées, des trahisons et des histoires d’amitiés fortes. La plantation est une saga magnifique qui fait également passer de nombreux messages. Jessica incarne une réflexion sur la condition des femmes : la femme qui se battra pour obtenir droit de vote et indépendance vis à vis de son mari. Elle incarne aussi cette réflexion sur le sort des Noirs et se battra pour les considérer comme son égal toute sa vie, refusant de les traiter comme des esclaves. En ça, elle se découvrira une alliée précieuse en la personne de Tippy. Cette relation entre ces deux femmes sera la lumière de cette guerre idéologique entre pro-esclavagiste et anti-esclavagiste.

♦ ♦

Une saga magnifique qui abordent les sujets d’esclavage, d’amour, d’amitié, de mariage arrangé,… Des femmes et des hommes forts incarnent tout au long de ce roman des valeurs fortes de l’histoire des Etats-Unis. Un roman qui m’a transporté, dont j’ai pleinement profité mais qui frôle le coup de cœur en raison de ce sentiment de frustration que j’ai ressenti à la dernière page.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s