Je vous sauverai tous ~ Emilie Frèche

15725517_795378800603054_1151054186_o.jpg

Dans les parutions de la rentrée littéraire de janvier, ce roman m’avait particulièrement fait de l’œil. Après avoir lu A la place du cœur d’Arnaud Cathrine, Je vous sauverai tous d’Emilie Frèche me semblait indispensable. Je remercie NetGalley et les éditions Hachette pour l’envoi de cet e-book. Il sortira en librairie le 2 janvier.

Résumé :

Désemparée par le départ de sa fille de 17 ans en Syrie, embrigadée par Daesh et dont elle est sans nouvelles, Laurence commence un journal. Elle y transcrit son incompréhension et sa tristesse. La mère interpelle sa fille et lui raconte son combat contre le radicalisme. Son journal fait écho à celui qu’a tenu Eléa un an auparavant, dans lequel se dévoile son endoctrinement progressif.

Mon avis : Coup de 

Comment expliquer ce sentiment de peur, de frayeur, d’incompréhension, d’indignation que je peux ressentir après avoir terminé ma lecture ? Je ressors complètement chamboulée, retournée. Mal. Emilie Frèche pose son décor dans la banlieue parisienne, à Juvisy pour être exact. Une famille tout ce qu’il y a de plus normal : une femme et un homme, une fille de seize ans. Comment le quotidien banal, la routine agréable peut-elle virer au cauchemar ? Comment une adolescente de seize ans, élève dans un lycée, ayant une meilleure amie, une petite amourette, peut-elle soudainement se tourner vers le radicalisme ?

C’était la vie d’Eléa, maintenant je suis Oum Soumeyya.

Les récits se superposent. Celui du journal de Laurence, celui du journal intime d’Eléa et les pensées obscures de Samir. Ainsi mis en parallèle, on suit l’histoire de la radicalisation de la jeune adolescente en même temps que le désir de cette mère de comprendre et de sauver sa fille, cette mère qui n’a pu sauver son mari de la folie et de la honte.

Le changement d’Eléa s’effectuera petit à petit. Elle a dans le sang cette envie de sauver des populations, des enfants ; elle a ce désir de vouloir travailler dans des associations. La mauvaise se présentera à sa porte. C’est ainsi que débute sa radicalisation et que les différentes étapes vont se succéder, que la manipulation mentale va petit à petit paralyser son cerveau, jusqu’à son départ en Syrie. Une manipulation qui m’a glacée, terrifiée.

Est-ce que quelqu’un sur cette terre peut m’expliquer le drame ou juste le petit grain de sable qui t’aura fait basculer ? Si seulement quelqu’un pouvait.

Finalement, c’est la rencontre avec une des filles sauvée de l’embrigadement qui va permettre à Laurence de survivre, même si cela accentuera sa volonté d’aller en Syrie sauver sa fille. Car, bien que cela semble vain, sauver ces âmes paralysées est encore possible, comme nous le démontre Laurence avec Solenn.

La liberté n’est pas forcément une expérience heureuse. Elle peut être une épreuve, un synonyme de vide, de vertige, de solitude, et j’ai la sensation que c’est contre tout cela que tu as lutté.

Ce roman m’a beaucoup retournée. J’ai eu du mal à le lâcher et pourtant, plus je le lisais, plus j’avais peur et j’étais effrayée de voir avec quelle facilité la manipulation mentale est possible. Si Eléa a moins su me toucher, sa transformation en revanche m’a ébranlée. J’ai ressenti beaucoup de peine pour Laurence et Samir qui, impuissant, ont assisté à cette métamorphose sans se douter de la conclusion. Je suis intimement convaincue que ce roman, classé jeunesse, est nécessaire.

♦ ♦

Un roman en analogie qui m’a ouvert les yeux sur ce que peut être l’embrigadement par internet, à travers l’histoire d’Eléa, victime de cette manipulation mentale qui l’emmènera jusqu’en Syrie. Même s’il n’est nullement larmoyant, l’histoire de cette mère qui a pour unique désir de remuer ciel et terre pour sauver sa fille est émouvant. Une prise de conscience violente, à lire absolument.

Nous t’avons enseigné l’ouverture d’esprit, le libre choix, la mixité, mais ce n’était pas suffisant. Il aurait fallu t’inscrire dans une histoire, une tradition, te dire d’où, réellement, tu venais. Nous ne l’avons pas fait parce que nous pensions que la liberté eule était importante, et que si tu étais une femme libre, ta vie ne serait peut-être pas forcément réussie, mais au moins, elle serait celle que tu aurais choisie.

Publicités

4 commentaires sur « Je vous sauverai tous ~ Emilie Frèche »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s