Le Salon du Livre de Paris ~ édition 2017

17571826_845705595570374_1777224396_o.jpg

Le week-end du 25 et 26 mars, je me suis rendue au Salon du Livre de Paris. C’était une première pour moi ; première que j’ai adorée et je réitérerais très certainement, dans la mesure du possible. Voici un petit aperçu de ma visite.

Samedi 25 mars

Le samedi, je me suis concentrée sur le stand des éditions Charleston, une maison d’éditions dont je vante les mérites à tout va. J’y ai rencontré la grande Lucinda Riley qui m’a dédicacé mon exemplaire de La jeune fille sur la falaise et la très gentille Clarisse Sabard. J’ai pu lui parler de son dernier roman, La plage de la mariée, qui était ma lecture en cours et dont j’approchais dangereusement de la fin.

J’ai également rencontré Aurélie Valognes, une auteure que j’apprécie énormément. L’année dernière, j’avais eu un coup de cœur pour son roman Nos adorables belles-filles. J’avais enchaîné dans la foulée avec Mémé dans les orties et découvert une plume drôle, sensible et feel-good. Son nouveau roman, Minute papillon, sort le mois prochain aux éditions Mazarine et j’étais au rendez-vous pour me le procurer en avant-première. Très accessible, elle est aussi drôle et agréable que sa plume. Un vrai bonheur !

Ma rencontre avec Lorraine Fouchet est sûrement l’une des plus belles de ce salon. Son roman Entre le ciel et Lou avait été un coup de cœur pour moi, le premier de 2017. Expatriée à Lyon depuis un an et demi mais native de Nantes et ayant des origines bretonnes, je suis particulièrement attachée à cette région. Son roman m’avait transportée en Bretagne pour mon plus grand plaisir et m’avait donné l’impression de rentrer chez moi. J’ai rencontré une auteure merveilleuse, souriante et à l’écoute. Son nouveau roman, Les Couleurs de la Vie, est sorti cette semaine et je suis déjà au rendez-vous.

Enfin, pour clôturer ma journée du samedi, je suis allée voir Sarah Maeght qui avait écrit C’est où, le Nord ? au printemps dernier. C’est un roman que j’avais beaucoup aimé, un des premiers que j’avais chroniqué sur mon blog (à l’époque sur la plateforme Eklablog) et cela me tenait à cœur d’aller lui faire un petit coucou, surtout qu’elle se souvenait bien de mes retours élogieux sur son roman. On a discuté rapidement de l’écriture de son prochain roman, que j’attends de pied ferme.

Dimanche 26 mars

Le dimanche, j’y allais pour une raison bien particulière : la venue d’Anna McPartlin. Cette auteure m’avait beaucoup émue avec son premier roman publié en France, Les Derniers Jours de Rabbit Hayes, l’année dernière. J’ai eu la chance cette année de recevoir Mon Midi, Mon Minuit grâce aux éditions Le Cherche-Midi et je suis allée le faire dédicacer, tout en glissant à cette merveilleuse femme à quel point sa plume pouvait être sensible et à quel point elle m’avait touchée.

Pour terminer ce Salon du Livre, je suis allée rencontrer Agnès Ledig, dont  j’ai découvert la plume cette année avec Juste avant le bonheur (encore merci Pluie de Mots <3) et qui a été un coup de cœur. C’est une femme adorable et très gentille, qui prend du temps pour discuter et j’ai vraiment apprécié cette rencontre.

Puis, Karine Giebel car j’avais dans mon sac l’exemplaire de mon papa qui avait beaucoup aimé son roman Terminus Elicius, que j’ai lu depuis (ma chronique). C’est certainement l’auteure que j’ai trouvée la plus distante, malheureusement… Mais elle était bien heureuse de voir le succès de son roman.

Bilan de ce salon en achat

17571825_846185428855724_1683181176_o.jpg

J’ai tout de même fait quelques emplettes sur les différents stands des maisons d’éditions. En ce moment, j’ai très envie de découvrir la littérature indienne. C’est pourquoi, chez Mercure de France, j’ai acheté Une bouffée d’air pur d’Amulya Malladi.

Sur le stand des éditions de La Table Ronde, j’ai pris A l’orée du verger de Tracy Chevalier. L’année dernière, ayant adoré La dernière fugitive, j’ai voulu à nouveau me plonger dans l’écriture de l’auteure.

Il était évidemment hors de question que je quitte le Salon sans être passé sur le stand des éditions Robert Laffont pour me procurer la saison 2 d’A la place du coeur d’Arnaud Cahtrine.

N’ayant pas pu rencontrer l’auteure, j’ai tout de même acheté son dernier roman : J’ai toujours cette musique dans la tête d’Agnès Martin-Lugand. La file d’attente interminable qui serpentait pour rencontrer l’auteure m’a, je l’avoue, découragée.

Enfin, j’ai fais un petit tour aux éditions Presses de la Cité où j’ai craqué pour Le refuge des souvenirs de Mary Marcus et La promesse d’un ciel étoilé d’Alison McQueen, deux parutions récentes qui me tentaient beaucoup.

Deuxième roman sans lequel je n’aurais quitté ce salon, c’est Minute Papillon d’Aurélie Valognes, le dernier roman de l’auteure qui sortira en librarie au mois d’avril.

♦ ♦

Une première édition que j’ai vraiment savouré, j’ai adoré me balader dans les immenses allées du Salon, même si, énorme point négatif, certaines allées sont tellement petites que pour passer, il faut donner du coude. Les auteurs sont chaleureux, prennent leur temps et j’ai trouvé qu’on était loin de la signature à la chaîne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s