Des liens si touchants ~ Solveig Vialle

18012928_859576587516608_1605946866_o (1).jpg

Dans le cadre de l’édition du mois de mai du « coup de cœur » des lectrices Version Fémina, j’ai reçu Des liens si touchants, un roman très court de Solveig Vialle. C’était une lecture assez dérangeante. En librairie le 4 mai.

Résumé :

L’été, la côte d’Azur, un trio complice. Un père, sa fille de dix-sept ans accompagnée de sa meilleure amie, s’abandonnent au soleil brûlant du mois d’août. Émotion, attirance, séduction : la chaleur instille le trouble, bouscule les rapports convenus, révèle des désirs inavouables.
Et lorsque, dans la maison d’en face, viennent s’installer une veuve et son fils, le jeu de la séduction devient cruel. Qui possédera qui ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Je me suis lancée dans ce roman sans avoir, au préalable, lu le résumé, si bien que je ne savais absolument pas à quoi m’attendre en l’ouvrant. Si les débuts ont été compliqués, ma lecture s’est tout de même rapidement enchaînée.

Cécile a perdu sa mère lorsqu’elle était enfant et a été élevée par son père. Ces liens qu’elle entretient avec lu ont, en grandissant beaucoup évolué et sont aussi dérangeants que malsains et pourtant, très naturels tout au long du roman. Si elle est admirative des travaux de Sade, c’est pour mieux imaginer son père et ses nombreuses conquêtes. Ce Casanova est en effet loin de souhaiter trouver une belle-mère à sa fille ni de lui offrir un cadre rassurant et nécessaire à son éducation.

Tout au long du roman, une ambiance incestueuse règne et j’ai été très dérangée par cet aspect-là de l’histoire. Cécile va pousser son amie Elizabeth et son père a consommé leur relation puis les haïr pour cela. Entre hésitation et caprice, elle va faire tourner son monde en bourrique. Si les thèmes de la séduction et du badinage sont omniprésent au cœur de ce roman, ils sont parfois lourd à lire. Cécile bouscule les limites en étant sans cesse dans la pensée incestueuse et en entretenant avec son père une relation ambiguë.

Cette thématique m’était inconnue et, bien qu’intéressante à approfondir, la manière elle s’entortille autour du récit m’a beaucoup dérangée. L’écriture de Solveig Vialle est dense, compacte et ne laisse pas respirer le lecteur, si bien qu’on est plongé dans les désirs enfouis et parfois libertin d’une adolescente de dix-huit. Je ressors contrariée et troublée de cette lecture que je n’ai que moyennement apprécié.

♦ ♦

Un roman à l’écriture pesante dans lequel un père, sa fille et une de ses amies vont passer leurs vacances dans le Sud. Entre attirance et séduction, la chaleur monte rapidement et fait planer une ambiante lourde sur tout le roman. Une lecture passable qui ne m’a pas fait passer un bon moment, malheureusement…

Publicités

2 commentaires sur « Des liens si touchants ~ Solveig Vialle »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s