Les lumières de Cap Cod ♦ Beatriz Williams

20616332_920839871390279_814136292_o

C’est avec L’été du cyclone que j’ai découvert Beatriz Williams, roman que j’avais lu l’été dernier. Cette année, j’ai constaté qu’elle publiait un nouveau roman en France et celui-ci fait partie de la collection du Cercle Belfond. Malgré qu’il soit le deuxième tome d’une trilogie, j’ai eu très envie de le lire. 

Résumé-01

Christina, la troisième sœur de la famille Schuyler, la plus élégante, la plus douce, la plus parfaite. Mariée à Frank Hardcastle, homme politique très influent, Tiny mène une vie de gala et de cocktails dans les jardins cossus de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur bastion. Mais alors que Frank est donné favori pour les élections présidentielles, deux événements viennent troubler la vie a priori idyllique de sa belle épouse : c’est d’abord les courriers menaçants d’un maître chanteur ; puis, les retrouvailles inattendues et déstabilisantes avec le vétéran Caspian Harrison, de retour de la guerre du Vietnam. Avec ce premier amour qui réapparaît, c’est tout le passé de Tiny qui ressurgit. Un passé bien moins lisse qu’il n’y paraît, fait de passion, de mensonges, de drames. Et dont l’écho, s’il venait à gronder, pourrait nuire à la réputation irréprochable de toute la famille Hardcastle… Les sentiments ont-ils une place dans la course au pouvoir suprême ?

Ce que j'en pense def-01

Les sagas familiales sont ma petite faiblesse en littérature, je peux facilement me laisser tenter par l’une d’elle si je sens qu’elle va me transporter et généralement, elles y arrivent toutes. Les lumières de Cap Cod est le deuxième tome de la saga des sœurs Schuyler, mais il peut se lire séparément, et nous emmène rencontrer Tiny, en plein cœur des années 60, à Cap Cod dans le Massachussetts, pour une saison estivale haute en couleur et en rebondissements.

L’alternance de point de vue entre Tiny, en 1966 et Caspian en 1964 permet de comprendre facilement que Tiny, jeune femme pourtant réservée et discrète, cache un lourd secret pouvant non seulement lui nuire mais aussi nuire à son époux, Frank, futur politicien au Congrès des Etats-Unis. Même si la présence de Caspian n’est pas aussitôt justifiée, ce n’est que pour mieux laisser au lecteur la possibilité de spéculer sur les secrets qui flottent au sein de la famille Hardcastle. La vie de Tiny semble trop belle pour être vraie et l’auteure exploite donc parfaitement la question des apparences trompeuses et du pouvoir de l’argent, qui permet d’acheter le silence et les cachoteries.

Le contexte historique est un point central du roman. Plongé dans les sixties, le retour de la guerre du Vietnam a laissé des séquelles dans les esprits américains, autant chez les soldats que les civils et des clans s’affrontent. Cette époque est aussi celle qui voit les divorces devenir plus commun et moins scandaleux. Beatriz Williams aborde également une thématique qu’elle avait déjà exploré dans ses précédents romans, celle de la femme en société. Tiny est le personnage central de ce roman, une femme mariée qui découvre à son insu que son mari lui cache des choses. Comme le souligne très bien le père Hardcastle, une femme ne peut tromper son mari sans que cela lui coute sa réputation tandis que pour un homme, cela est de l’ordre de la normalité.

Derrière la volonté de l’auteure de souligner ces phrases qui étaient courantes à l’époque et de vouloir faire de Tiny une héroïne qui se libère, il y a une petite part de féminisme. Au côté de Pepper, sa sœur pétillante et volcanique, l’aînée des Schuyler va s’ouvrir et se libérer des chaines qui l’entourent depuis son mariage. Ce roman traite avec brio de ces questions de liberté mais aussi du respect des convenances de l’époque. Ecouter son cœur ou écouter sa raison, les femmes mariées à ses familles de l’Amérique puritaine n’avaient pas le choix et pourtant Tiny va choisir son camp, peu importe ce qui lui en coute.

Séparateur-01-01

Une saga familiale captivante, une plume addictive qui raconte délicieusement l’histoire de Tiny et ses envies de libertés. Entre secrets, faux-semblants, mensonges, elle va peu à peu se libérer des chaînes que lui impose sa belle-famille. Un roman à dévorer sur la plage dans lequel on apprécie le petit lien discret fait avec L’été du cyclone.

Excellente Lecture-01.jpg

Publicités

13 commentaires sur “Les lumières de Cap Cod ♦ Beatriz Williams

    1. L’été du cyclone avait été une superbe lecture aussi, je l’avais lu pour ton Club de lecture d’ailleurs !
      Maintenant je n’ai plus qu’à me plonger dans La vie secrète de Violet Grant 🙂
      À ce que j’ai compris, les trois tomes qui concernent les trois sœurs se déroulent en même temps.

      J'aime

  1. J’avais adoré L’été du cyclone qui est une de mes lectures préférées de 2016, je me le rappelle encore très bien d’ailleurs. Je suis en train de lire La vie secrète de Violet Grant que j’aime bien mais beaucoup moins que le précédant que j’ai lu d’elle. C’est bizarre mais je ne retrouve pas sa façon d’écrire dans celui-ci et les personnages féminins ne me touchent pas plus que cela. A voir par la suite. Bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s