Pour te perdre un peu moins ♦ Martin Diwo

20662495_922862211188045_1196238260_o.jpg

Parmi les nombreuses parutions de la rentrée littéraire, Pour te perdre un peu moins était l’une de celles que j’avais le plus envie de découvrir. Son auteur a tout juste 26 ans et est étudiant en droit, ce qui rendait cette lecture curieuse.

Résumé-01

Un garçon, une fille, une histoire universelle. Ils s’aiment, se déchirent, elle s’en va. Lui s’écroule. La jeunesse et l’innocence avec. Un roman qui frappe, âpre, enlevé, emporté, qui ne s’oublie pas. Une signature, une écriture, une voix, une époque, une génération.
« Vous avez peur ?
– Oui. Peur de l’après. Peur, parce que mettre le mot fin à ce livre, c’est mettre le mot « fin » à notre histoire. Aujourd’hui, Elle existe grâce à l’écriture, mais après ? Après, Elle n’existera plus et ça, je ne sais pas si je suis capable de le supporter.
– N’avez-vous pas envie qu’il soit lu ?
– Vous savez quoi ? Je l’ignore. Enfin, il faudrait déjà que je le termine. Je ne sais pas si j’ai le courage d’écrire certaines choses. Celles que je vous confie par exemple. A vous, je peux les dire, mais au lecteur ? Nos conversations sont quand même très personnelles, non ? Et puis le but du livre n’est pas de déballer mes sentiments, c’est un roman, vous savez ? Enfin… un roman… en réalité c’est un double meurtre, un cri.
– Et ce cri, n’est-ce pas pour être entendu que vous l’avez poussé ?
– Ok je vois où vous voulez en venir. Vous pensez que j’ai écrit ce livre pour la faire revenir, c’est ça ? »

Ce que j'en pense def-01

Il ne m’a pas fallu plus de quelques lignes du résumé pour comprendre que j’allais lire un roman différent. En effet, il l’est et après l’avoir terminé, c’est toujours compliqué pour moi de parler de mon ressenti. L’ai-je aimé ? Je ne pense pas vraiment, cependant je ne l’ai pas non plus détesté car j’ai trouvé ce roman très fort, très intense et puissant émotionnellement. Cette lecture a été en demi-teinte ; par moment, j’ai été touchée et par moment, j’ai été ennuyée.

On aime comme on n’a jamais aimé, on aime comme on ne pensait pas en être capable, et puis, comme tout le monde, un beau jour, on souffre de la maladie la plus douloureuse, du syndrome le plus terrible, du traumatisme le plus violent qui soit, de ce qui existe de plus pénible sur Terre. Oui, un jour, on a le cœur brisé.

Pour te perdre un peu moins, c’est l’histoire d’une rupture. Pas de prénoms, pas de noms, pas d’identité pour ce couple. Chacun est alors libre d’identifier ce qui lui parle dans cette souffrance, cette douleur qui résonne. Ce roman parlera à tous ceux qui ont vécu une rupture douce mais qui a laissé des marques, des séquelles. Chaque chapitre permet de comprendre l’étendue de la souffrance de notre protagoniste. Le fait qu’Elle soit partie le terrasse. La colère, l’incompréhension, la douleur, le chagrin, le déni, le désarroi. Autant d’émotions qui vont le traverser, le mettre à mal, le faire se remettre en question. Est-ce sa faute ? La sienne à Elle ? Martin Diwo pose des mots justes sur ces émotions, ces stades souvent propres à toutes personnes victimes d’une séparation.

Je m’en souviens, de ce cri. C’était un cri terrible. Un cri de désespoir, de tristesse, de peur. Un hurlement blessé. Un appel au secours. Un dernier souffle. Je m’en souviens comme si c’était hier. Je m’en souviens, j’ai oublié tout le reste. Elle venait de me quitter.

Tout au long des pages, un cri résonne. Un cri de détresse, le sien. A travers les dialogues avec ces amis, durant lesquels il se jette la faute pour ne pas la blâmer, mais également lors de soirées où il hallucine et croit l’apercevoir aux coins des rues, dans les parcs et les bars. Flash-backs et questionnements s’entrecroisent pour ne subsister qu’une interrogation : à quel moment sait-on que la situation nous échappe ? Avec des si, il retrace des moments du passé dans lesquels ils sont heureux, amoureux et vont au cinéma, en vacances, à la campagne. Alors on comprend que la rupture était brutale, qu’il ne s’y attendait pas, que ça lui est tombé dessus violemment et que ce roman retrace un cheminement pour comprendre comment ils en sont arrivés à ce stade et qui va durer jusqu’à la guérison.

Même si la plume de l’auteure est belle, puissante et poétique, elle n’a pas toujours su m’émouvoir tout comme les personnages n’ont pas toujours su me captiver. Certes, j’ai été surprise par le style, par la manière dont l’auteur a traité cette séparation, dont il a abordé la souffrance. Il a, à mes yeux, un talent incroyable pour traiter ce sujet intime, complexe et infiniment personnel. Alors oui, ce roman est émotionnellement dur et intense mais paradoxalement, je m’y suis sentie souvent étrangère, extérieure, en retrait… Plus de 200 pages pour des cris de souffrance, c’était peut-être beaucoup pour moi.

Séparateur-01-01

Un roman qui malmène son lecteur en même temps que le héros, récemment séparé de la femme qu’il aimait. A travers différents états émotionnels, il va nous raconter son histoire, sa séparation : colère, déni, chagrin, incompréhension. Une lecture intense émotionnellement qui n’a pas toujours su m’émouvoir mais plutôt m’ennuyer, malgré le talent évident de travail des émotions pour le lecteur.

Lecture Mitigée-01

Publicités

9 commentaires sur “Pour te perdre un peu moins ♦ Martin Diwo

  1. Comme tu le sais, j’ai tout simplement adoré ce roman qui m’a énormément parlé. Oui, il n’est que souffrance, mais en fait, c’est comme ça que j’ai vécu mes ruptures importantes. Je me suis simplement sentie moins seule, et ça fait du bien. ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s