Ma vie de Bacha Posh ♦ Nadia Hashimi

21985544_946489865491946_164666769_o.jpg

Nadia Hashimi est une auteure que je connais, mais seulement de nom. La plupart de ses romans sont dans ma bibliothèque et pourtant, je n’en ai encore jamais ouvert un. Jusqu’à ce que je découvre cette sortie du mois de septembre que je ne comptais pas laisser passer.

RESUME-01

La famille d’Obayda aurait bien besoin d’un peu de chance : depuis l’accident de leur père, la vie dans la campagne afghane n’est pas facile pour la fillette de dix ans et ses soeurs. La tante d’Obayda a une idée pour leur porter bonheur : transformer la fillette en bacha posh, c’est-à-dire la faire passer pour un garçon. D’abord désemparée, Obayda – désormais appelée Obayd – devient amie avec Rahim, une autre bacha posh. En sa compagnie, elle va découvrir la liberté…

CE QUE JE PENSE-01

Premier roman que je découvre de Nadia Hashima, un roman jeunesse qui oriente sa thématique principale vers la tradition afghane des bacha posh. On est plongé au cœur de la famille d’Obayda, dans la campagne afghane ; un foyer dans lequel ce père de famille, victime il y a quelques années d’une explosion qui lui coûta sa jambe et sa joie, s’est arrêté de vivre. La pression sociale dans ce pays est omniprésente et dans ce foyer où grandissent quatre filles, la difficulté survient pour la famille de continuer à évoluer sereinement, proche de l’humiliation de n’avoir aucun garçons pour pallier l’absence de ce père meurtri.

C’est ainsi que j’ai découvert cette tradition : les Bacha Posh. En langue dari, cela signifie « habillé comme un garçon » et généralement, cela dure jusqu’à la puberté de l’enfant. Obayda, sur décision de sa famille, devient alors un garçon. Une décision qui veut dire plus de libertés et dénonce les nombreuses inégalités réelles entre garçons et filles. Obayd est désormais libre de jouer à des jeux de garçons dans la cour de l’école, peut faire du vélo ou traîner après l’école, est exempté de tâches ménagères. Un nouveau statut qui va créer un fossé entre ces sœurs et lui mais qui sera équilibré par la présence de Rahim, une autre bacha posh, qui va l’aider à surmonter ce passage.

Ce roman est une véritable pépite, à mettre entre toutes les mains. La plume de Nadia Hashimi est belle, élégante et empreinte d’un immense respect pour la culture afghane et orientale. La tendre relation entre Obayd(a) et Rahim(a) est décrite avec pudeur et pourtant, elle m’a beaucoup émue. Elle est au cœur de cette histoire et permet de comprendre les différences d’éducations, les difficultés qu’il y a à être une bacha posh et la manière dont les filles ne sont pas maîtres de leurs destins. La question de la famille, de la vie quotidienne dans la campagne afghane est importante et l’histoire de cette famille est extrêmement touchante.

SEPARATEUR-01

Une plume élégante et respectueuse pour traiter de la tradition des bacha posh, mettant en scène Obayd, petite fille devenue petit garçon qui va faire renaître l’espoir au sein de sa famille. Un roman touchant, qui m’a charmé de bout en bout.

EXCELLENTE LECTURE-01

Publicités

8 commentaires sur “Ma vie de Bacha Posh ♦ Nadia Hashimi

  1. Il me tente tellement ! Je te conseille vraiment les romans de cette autrice (et notamment le premier qui aborde le même thème que ce roman jeunesse) 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s