Saga historique & familiale

Un été près du lac ♦ Heather Young

22556199_956624254478507_1845779421_o.jpg

Encore et toujours la collection du Cercle ! Une collection des éditions Belfond qui me charme de romans en romans. Aucune déception à déclarer, seulement de très belles découvertes. Un été près du lac en fait partie.

résumé

1935. Comme tous les ans, Lucy, Lilith et leur petite sœur Emily viennent passer l’été en famille dans leur chalet, sur les bords d’un lac du Minnesota. Mais un matin, Emily est introuvable. Qu’est-il arrivé à l’enfant de six ans ? Nul ne semble le savoir. Et alors que, fou de douleur, leur père se suicidera, Lucy, Lilith et leur mère resteront toute leur vie dans ce chalet, à attendre l’improbable retour de la petite préférée. 1999. Lucy vient de mourir, léguant le chalet et tous ses biens à sa petite nièce Justine. Un héritage qui arrive juste à temps pour la jeune femme qui doit fuir San Francisco et une histoire d’amour abusive, pour mettre à l’abri ses deux filles. Mais le vieux chalet n’a rien d’une chaleureuse villégiature. La maison est isolée, bientôt prisonnière de la neige qui recouvre le Minnesota ; son seul voisin est un vieil homme bourru, probablement fou. Et alors que la jeune femme tente de transformer la lugubre bâtisse en foyer pour elle et ses filles, son aînée développe soudain une étrange obsession pour Emily, leur aïeule disparue. Car la maison n’a pas dévoilé tous ses secrets. Là, dans les affaires laissées par Lucy, se cache un journal.

ce que j'en pene

Rien que la couverture de ce roman annonçait suspens et secrets et c’est d’ailleurs en partie celle-ci qui m’avait donné envie de le lire. C’est une réelle saga familiale traitée ici, qui s’étend sur quatre générations et donne la possibilité de découvrir des portraits féminins très beau. L’alternance de point de vue dont fait l’objet la narration permet d’aller à la rencontre tantôt de Lucy, Lilith et Emily, trois sœurs dans les années 30, tantôt de Justine, la mère de Mélanie et Angela, dans les années 90. Toutes ces femmes sont liées entre elles, par le lien familial mais également par les secrets et de multiples points communs : ce sont des femmes fortes, courageuses, cependant abîmées par la vie et les souffrances, les pertes et les déceptions.

Les trois sœurs, Lucy, Lilith et Emily, partent en vacances chaque année dans le lodge familial au bord du lac Minnesota. Ce point de vue, celui-ci de Lucy, permet de découvrir le quotidien de la famille Evans ainsi que les nombreuses failles et problématiques qui s’y sont installées. L’auteure aborde les relations fraternelles, les rivalités, les jalousies et la question de la place dans une famille. En effet, Lucy peine à trouver sa place au sein de la fratrie, entre une benjamine surprotégée et une aînée en passe de devenir une adolescente. On retrouve également les souffrances d’un père dont les péchés hantent son esprit. Cet aspect-là du roman est celui dans lequel l’atmosphère est la plus dense, la plus oppressante. On sent tout le poids du chagrin, des souffrances qui pèse avant même que tout bascule.

En parallèle, il y a la vie de Justine et de ses deux filles. Solide comme un roc, c’est une mère obstinée et pleine de bonne volonté. Elle élève seule Mélanie et Angela depuis le départ de leur père, un départ qui la laisse souffrante et bien peu disposée à faire confiance aux hommes. Son caractère m’a été bien plus difficile à cerner car elle m’a donné l’impression d’être perdue, d’être une girouette à plusieurs moments et les passages qui traitaient de sa vie sont surement ceux qui m’ont le moins plu, malheureusement… Elle est plus fragile et cela se sent.

Tout au long de son roman, l’auteure dissémine des indices. Ce départ est un peu long, l’écriture y est fluide mais très descriptive, finement dosée en suspens pour avoir envie de continuer la lecture jusqu’aux révélations. Là, c’est le choc et c’est toute la qualité de ce roman : il tient en haleine son lecteur. C’est une fin bluffante que j’étais loin d’avoir vue venir, bien que l’ambiance pesante, parfois malsaine, qui s’installe traduise doucement cette finalité, et qui m’a laissée pantoise. Ce roman traite des non-dits, des secrets familiaux avec beaucoup de maîtrise, il est accompagné d’une atmosphère qui crédite davantage les thématiques abordées.

separateur-livre

Un roman qui se déroule dans une ambiance d’Amérique profonde où secrets et non-dits font régner le suspens sur la disparition d’une petite fille dans les années 30. L’atmosphère oppressante et mortifère qui règne rend le récit d’autant plus intriguant et apporte une touche sombre à l’histoire. Il met en scène des portraits de femmes fortes et courageuses, porteuses d’espoir malgré leurs souffrances.

à découvrir

5 commentaires sur “Un été près du lac ♦ Heather Young

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s