Désolée, je suis attendue ♦ Agnès Martin-Lugand

23262087_965539410253658_1101811951_o.jpg

Agnès Martin-Lugand est une auteure que j’affectionne énormément. J’aime la manière dont elle parle de la vie de ces personnages, dont elle les présente dans leur quotidien. Désolée, je suis attendue est son quatrième roman et après avoir adoré Iris, moins aimé Diane, il était temps que je découvre Yaël.

RESUME-01

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

CE QUE JE PENSE-01

A chaque roman que je découvre de l’auteure, je me dis qu’elle n’a pas fini de nous surprendre. Un de ces points forts, c’est la présence de personnages féminins attachants, ambitieux, forts auxquels on peut s’identifier car elles nous ressemblent. Désolée, je suis attendue ne fait pas exception à la règle et après Iris et Diane, c’est au tour de Yaël de nous dévoiler sa vie et sa personnalité. Ou ses personnalités. Yaël est ambitieuse, elle est froide et mécanique, fait les choses par automatisme et ne laisse entrer dans sa vie aucune distraction susceptible de la détourner de son job. Un job qu’elle a pourtant décroché sans vraiment en avoir envie, à une époque où elle était fêtarde et joviale, joyeuse et désordonnée.

C’est le retour de Marc qui va venir bouleverser l’équilibre qu’elle a établi dans sa vie depuis dix ans. Un équilibre qui l’a totalement changé et qui a vu naître une Yaël dévouée corps et âme à son travail, que ses amis n’arrivent plus à comprendre… Son ambition à être la meilleure devient une obsession qui l’écarte de sa famille et de son entourage. Le travail de l’auteur à faire ressortir toute la psychologie complexe de Yaël est impressionnant et rend ce personnage fascinant. Elle est plus vraie que nature, on s’attache à elle, on la plaint mais on a également envie de la consoler, de l’aimer et de la soutenir. Yaël est une femme du XXIe siècle, une femme que l’on peut croiser dans la rue ou au travail et cela fait d’elle quelqu’un d’identifiable pour nous lecteurs et lectrices.

Agnès Martin-Lugand traite une fois de plus de l’épanouissement personnel et il en était déjà question dans ses précédents romans. Preuve que c’est un sujet qu’elle maîtrise à la perfection. Néanmoins, ce n’est pas uniquement une réflexion sur cette thématique. Elle aborde la question des sacrifices, celle d’être une femme au travail et du sens de la famille et de l’amitié. Les moments partagés avec Adrien, Jeanne, Cédric, Alice sont des moments de complicité, de partage ; une vie entre amis dont on rêve tous. Dans une maison au cœur de la Provence. Des instants qui construisent des souvenirs pour la vie mais qui feront comprendre à Yaël tout le vide que l’absence de travail laisse en elle. La présence à ses côtés de Marc est une bouffée qui lui permettra de découvrir le sens de la vie et du bonheur.

Une fois de plus, j’ai été touchée par la plume poétique et fluide de l’auteure qui sait aborder avec subtilité les mécanismes de l’humain. Elle sait raconter la vie, le quotidien de la meilleure des manières : en nous permettant de nous identifier à ces personnages, d’aller à la rencontre de leur vie et de leurs drames, de leur quotidien. On s’immisce durant quelques pages auprès d’eux et c’est un régal. Ce roman est, à mes yeux, plus profond et plus abouti que les précédents et, même si j’ai toujours eu une préférence pour Iris, je sens que Yaël est venue se loger tout près de mon cœur.

SEPARATEUR-01

Un roman qui aborde l’épanouissement personnel mais également le sens de l’amitié et de la famille. Yaël est un personnage féminin complexe, tiraillée entre ses ambitions et son entourage. Elle m’a énormément touchée, étant à mes yeux plus travaillée que ces prédécesseurs. L’auteure prouve une fois encore sa capacité à parler de la vie, du quotidien et nous immerge dans une histoire qui nous ressemble.

EXCELLENTE LECTURE-01

Publicités

4 commentaires sur “Désolée, je suis attendue ♦ Agnès Martin-Lugand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s