Contemporain

Ce soir, on regardera les étoiles • Alì Ehsani

28407533_1023625437778388_2124774380_o.jpg

Dans les récentes parutions des parutions Belfond, j’avais repéré le nouveau roman du Cercle. Les premiers avis des lectrices étaient unanimes, c’est pourquoi je n’ai pas tardé à l’ouvrir et me plonger dans ce récit passionnant. Merci Belfond pour cet envoi.

RESUME-01 - Copie

La guerre, c’est le quotidien d’Alì, huit ans. Les rues de Kaboul englouties sous les tirs de mortier, les terrains de foot improvisés au milieu des décombres, le petit garçon est habitué. Mais un soir, au retour de l’école, c’est sa maison qui a disparu et, avec elle, ses parents. Sans famille ni argent, Alì et son grand-frère Mohammed prennent la route. Direction l’Iran, la Turquie, la Méditerranée, d’autres rives, à la recherche d’autres étoiles sous lesquelles trouver refuge. Cinq ans plus tard, Alì est devenu un adolescent. Un gamin de treize ans cramponné au châssis d’un poids lourd en partance pour l’Italie. Un jeune homme épuisé, qui rassemble ses forces pour fuir, toujours plus loin. Seul. Car Mohammed, son grand frère, son héros, s’est égaré en chemin… Qu’est-il arrivé ? Les deux garçons pourront-ils jamais tenir leur promesse d’être réunis, libres et heureux, sous les étoiles ?

CE QUE JEN PENSE-01-01 - Copie

Avant même de commencer ce roman, je savais qu’il serait poignant et que j’aurais du mal à y être insensible. L’histoire d’Alì est tout simplement celle de l’auteur, le récit d’un petit garçon de 8 ans, dans l’obligation de quitter son pays après la mort de ses parents, accompagné de son frère Mohammed. Les bombardements font rage à Kaboul et un jour, un des missiles vient heurter la maison dans laquelle la famille d’Alì vit. C’est le début pour le jeune garçon d’un périple long de plusieurs années qui le mènera jusqu’en Italie, un périple qui fera de lui un émigré, un clandestin : un statut contre lequel il devra se battre.

Les gens qui parlent des émigrés utilisent souvent le mot « désespéré », mais ce que moi, je pense, c’est qu’il n’y a rien de plus semblable à l’espoir que la décision d’émigrer : espoir d’arriver dans un endroit meilleur, espoir de réussir, espoir de survivre, espoir de tenir bon, espoir d’un dénouement heureux comme au cinéma.

D’Afghanistan jusqu’en Italie, de nombreuses étapes vont cloisonner son voyage. D’abord en Iran, où il rencontrera ses « oncles », deux adultes qui vont permettre à Mohammed d’économiser assez d’argent pour continuer leur périple. C’est au cœur de ce pays qu’il va découvrir la haine de certains individus pour son peuple et sa condition de clandestin. Les afghans qui se sont installés à Istanbul ne sont jamais tranquilles et sans cesse menacés de renvoi dans leur pays, pourtant c’est déjà un premier pas vers une vie meilleure. Deuxième étape, la Turquie qui lui permettra d’entrer ensuite en Grèce, premier pas en Europe.

Nous sommes comme les oiseaux, as-tu dit. (…) Parce que les oiseaux volent là où ils veulent et nous, on va voler très loin.

Tout au long de ce récit, des flash-backs viennent ponctuer le voyage d’Alì. Des moments de sa vie à Kaboul, avec son ami Ahmed, ses parents. Des souvenirs chers à son cœur qui le rattache à son pays, sa maison, sa vie d’avant et qui lui permette de tenir debout face à tous les dangers et les épreuves qu’il traverse depuis son exil forcé : la faim, le froid, les passeurs corrompus et profiteurs, la guerre, la police. Pourtant, malgré ses difficultés, des rencontres lumineuses, empreintes de solidarité et d’amour vont lui permettre de garder espoir.

En offrant ainsi un témoignage poignant, Alì Ehsani vient poser un visage sur les nombreux réfugiés qui accostent en Europe et dont on ne fait pas toujours attention. En quête d’une vie meilleure, de chances égales aux nôtres, ils sont prêts à affronter les dangers et braver la mort, souvent dans des conditions atroces. Ce récit permet de lever les préjugés qui demeurent sur ces individus, sur ce sujet d’actualité, grâce à une plume poétique et humaine.

SEPARATEUR-01

Un récit poignant, une plume remarquablement juste qui parle d’elle-même sur les conditions de voyages souvent atroces des migrants. Des périples toujours plus compliqués, des traitements toujours plus horrifiants pour vivre une vie meilleure, pour une égalité des chances et pour fuir les conflits qui les empêchent de vivre normalement dans leurs pays. Bouleversant et plein d’humanité.

EXCELLENTE LECTURE-01 - Copie

5 commentaires sur “Ce soir, on regardera les étoiles • Alì Ehsani

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s