Les stagaires • Samantha Bailly

29067143_1034659130008352_3780723835083423744_o

C’est dans le cadre du PrettyBooks Club de l’hiver que j’ai sorti ce roman de ma bibliothèque. Etant actuellement stagiaire au sein d’une structure, je trouvais également intéressant de le lire à ce moment-là.

Résumé-01

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative. Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives. Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro… Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent. Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? Quand la « génération Y » entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.

Ce que j'en pense-01

S’il y a une chose qui m’a frappée à la lecture de ce roman, c’est les thèmes de société actuels qu’il aborde et c’est une sorte de bouée de sauvetage de voir qu’on est compris, qu’on lit un roman qui nous ressemble vraiment et qui évoque avec beaucoup de justesse les différentes difficultés qu’on a pu traverser. Ophélie, Arthur, Alix, Enissa, Vincent et Hughes sont stagiaires chez Pyxis, une entreprise connue pour son aspect cool et pour les mangas et jeux vidéo qu’elle génère. Chacun a son domaine : la communication, l’édito, les ressources humaines, le marketing. Pourtant, ils ont tous un point commun : ce stage est peut-être le lancement de leur carrière et l’entrée dans le monde du travail.

Un monde qui est d’ailleurs décrit avec un grand réalisme : stagiaires sous-payés, parfois exploités, horaires démesurés, peu de CDI à la clé et des fois même des CDD de six mois non renouvelés. Chacun des personnages vit son stage à sa manière, entre difficulté et plaisir de travailler et on va suivre leur quotidien durant six mois. Ils marchent à tâtons dans cette entreprise, pour leur première expérience en découvrant les codes et les règles d’une entreprise, les attentes de leurs managers.

Samantha Bailly réussit le pari de créer des personnages qui nous ressemblent, auxquels on réussit aisément à s’identifier et son écriture ne tombe jamais dans le cliché. Ophélie, jeune provinciale tout juste arrivée de Rennes qui lâche appartement et petit-ami pour venir tenter sa chance dans la capitale, Arthur, dont les parents veulent lui tracer une voie qui n’a rien à voir avec ses ambitions, Hughes, graphiste bout en train, Enissa qui nous rappelle que les apparences sont trompeuses, … Peu importe leur passé, ils représentent les jeunes de demain, les espoirs d’une génération et, en l’occurrence, la mienne. Ce sont autant de personnages qui viennent toucher une corde sensible en nous et j’ai été particulièrement touchée par le parcours d’Ophélie. Les étapes qu’elles traversent sont venues résonner en moi.

De nombreux questionnements relatifs à l’avenir, au monde du travail, à l’inquiétude que représente la recherche d’emploi dans une ville aussi grosse que Paris, viennent trouver leur place au fil des pages. Les réflexions sociales qui en découlent sont actuelles et c’est, à mon sens, ce qui en fait une lecture aussi captivante. Le style est, de plus, léger et agréable et ajoute un bonus à une histoire déjà bien intéressante, à ce moment de détente durant lequel on peut se replonger dans ses années stagiaire.

 

Séprateur-01

Un roman qui nous parle, la génération des Millennials, et qui vient appuyer l’épineuse question de la recherche d’emploi, de la place du stagiaire dans une entreprise et de sa considération. Six personnages qui nous ressemble, auxquels on s’identifie aisément. Un style léger, une réflexion sociale décrite avec justesse : ce roman est une parenthèse que j’ai beaucoup aimé.

Très bonne lecture-01

Publicités

4 commentaires sur “Les stagaires • Samantha Bailly

  1. Je n’ai lu ni celui-ci, ni celui d’après mais suis en plein dans Indeterminés par contre. Et j’aime beaucoup, je me sens proche d’Ophélie aussi, j’arrive a m’identifier. L’écriture me plait beaucoup également ! Ca me donne envie de découvrir les deux autres en tous cas, j’espère pouvoir les acheter aux Imaginales, bien que ce ne soit pas de la Fantasy 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s