Les ruines de Tagab • Cyril Legrais et Nina Jacqmin

35650147_1089886837818914_1068378165761540096_n.jpg

Ce roman graphique n’a pas été tellement médiatisé, pourtant il aborde une thématique très lourde : le retour d’un soldat de la guerre. C’est un sujet qui m’intéresse énormément car je trouve qu’il est dur de pouvoir réellement comprendre l’impact des guerres sur les esprits, les traumatismes qu’elles engendrent. Elles font souffrir encore trop de gens.

Résumé-01

En partant combattre en Afghanistan, Damien ne s’attendait pas à ce que ses ennemis soient dans son propre camp. Incapable de venir en aide à son coéquipier Stan, victime de la barbarie de ses camarades et d’empêcher la catastrophe qui en découle, Damien est rongé depuis par la culpabilité. Les Ruines de Tagab met en scène ce traumatisme de manière spectaculaire, le désert que Damien croyait avoir laissé en Afghanistan colonisant progressivement son quotidien et l’isolant de sa famille. L’ancien soldat retrouve espoir grâce à François qui, comme lui, vit à la marge. Prêtre d’un village moribond, maître d’une église désertée, il se porte désespérément au secours d’un homme qui a tourné le dos à la vie.

Ce que j'en pense-01

Après plusieurs missions en Afghanistan en tant que soldat, Damien revient chez lui auprès de sa femme et de son fils. Alors qu’il est d’ordinaire heureux de rentrer, cette fois-ci, son attitude est très différente. Mutique, renfermé, froid, terrassé par les cauchemars de jour comme de nuit. Sa femme ne le reconnaît plus, son fils en pâtit et la colère de Damien l’éloigne de cette vie qu’il a construite avec ses proches, ses souvenirs de cette dernière mission le hantant violemment.

On assiste au retour du soldat, d’un homme traumatisé qui rapporte ses démons. On prend conscience du poids qui pèse sur les épaules de Damien, de la culpabilité et du mal-être qui le ronge chaque jour, de l’impuissance de ces proches à comprendre. C’est toute la difficulté présente au cœur de ce scénario très réaliste. Le choc, le traumatisme vécu en Afghanistan continue de hanter l’esprit du jeune homme, alors même qu’il est à l’abri entre les quatre murs de sa maison. Je pense qu’il est très difficile d’imaginer ce que peuvent vivre les militaires, soldats en zone de combat. L’horreur se passe de mots, terribles et inhumaines dans bien des cas.

Sans titre 6.jpg

En alternant des bribes du passé, de la mission de Damien et des morceaux du présent, on devine petit à petit ce qu’il a vécu et on voit son évolution, sa rencontre avec François qui réunira ses deux âmes égarés. Les graphismes d’une sobriété et d’une beauté époustouflante viennent apporter une douceur, de la pudeur à ce récit très poignant. Les tons d’une couleur sépia ne sont pas sans évoquer les terres afghanes, le sable et les maisons blanches des villages des montagnes. L’ensemble en fait un roman graphique incroyable de sens et d’une grande richesse.

Séprateur-01

Un roman graphique aux illustrations absolument magnifiques, c’est une découverte du travail de Nina Jacqmin en ce qui me concerne. Les tons couleur sépia apportent un parallèle riche de sens avec l’histoire de Damien, son passé, sa mission traumatisante. Le retour d’un soldat avec ses démons, sa colère et son silence.

Très bonne lecture-01

Publicités

3 commentaires sur “Les ruines de Tagab • Cyril Legrais et Nina Jacqmin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s