Sous les étoiles silencieuses • Laura McVeigh

35268525_1083060801834851_7987604800701202432_n.jpg

Sous les étoiles silencieuses, un titre poétique accompagnée d’une couverture magnifique. Pourtant, il n’a pas eu un grand succès. Du moins, une grande visibilité puisque je l’ai trouvé très absent des réseaux sociaux. Ce qui est assez dommage car c’est un roman très beau et puissant qui mériterait un grand lectorat.

Résumé-01

Il y a certains voyages qu’on n’aimerait jamais avoir à faire. Et que l’on fait pourtant s’ils offrent le seul moyen de survivre. Été 1990. Afsana, 15 ans, se trouve à bord du Transsibérien vers la Russie. Elle vient de loin. De très loin. Sa ville, Kaboul, l’endroit où elle se sentait jadis chez elle, a été ravagée par la guerre civile, suite à l’arrivée des talibans. Depuis, Afsana et les siens sont en fuite, parcourant le pays d’un bout à l’autre, en perpétuelle recherche d’un lieu où enfin trouver la paix. Cet ultime trajet en train est l’occasion de se remémorer les événements qui ont précédé le départ, mais aussi toutes les étapes de cette longue fuite en famille. Afsana se souvient de la belle maison au cœur de la ville et de l’arbre de Judée dans le jardin, de l’amour de ses parents, de leur foi en l’avenir. Du bonheur d’être unis. Mais aussi de l’horreur qui s’immisce progressivement dans le quotidien et qui finit par les contraindre à partir. Avec, au bout du voyage, une unique question : comment recommencer lorsque tout a été perdu ?

Ce que j'en pense-01

Il y a encore, de nos jours, des personnes qui doivent fuir leur domicile. Quitter village, maison, souvenirs dans l’espoir de trouver une vie meilleure dans un autre pays. C’est une réalité qu’il est peut-être difficile d’imaginer mais elle devient de plus en plus une préoccupation de société. L’histoire d’Afsana se déroule dans les années 90 mais elle reflète celle de beaucoup de jeunes filles et de familles. A bord du Transsibérien qui travers la Russie, elle se replonge dans ses souvenirs, ceux de ses parents et ses frères et sœurs.

Il est des voyages qu’on préférerait ne jamais entreprendre. Pourtant on part. On part parce qu’on n’a pas le choix, parce que c’est la seule façon de survivre. Ceci est mon voyage, celui que j’aurais voulu ne jamais faire. Mais je l’ai fait. Certaines choses ont survécu. D’autres ne peuvent être, ne serons jamais oubliées. Elles nous accompagnent jusqu’à la fin.

Contrainte de quitter Kaboul, la famille d’Afsana se réfugie dans les montagnes, loin des combats et des bombes. Malheureusement, le village qui les accueille va peu à peu être envahi par les Talibans et la joie, la liberté qui régnait va s’éteindre. Afsana raconte avec beaucoup de douleur le changement effrayant qui s’est opéré. Les femmes n’étaient plus libre de circuler, plus libre de se dévêtir ou d’étudier. La musique s’est éteinte, les idées autrefois si innocentes et naïves de son frère se sont faites plus dures et hermétiques, les châtiments ont commencé.

Ces souvenirs marquent la fin d’une époque pour l’adolescente qu’elle était et le début de sa vie nomade, lorsqu’un terrible accident provoqua son départ du village. Tout au long de son voyage, l’alternance du passé et du présent permet de comprendre comment Afsana en est arrivée à monter dans ce train et comment sa vie a, à ce point, tant changé. Ces souvenirs laissent une trace des combats de ces parents, de leurs vies et des personnes courageuses qu’ils ont été. Dans ce pays qui se transforma, qui fut d’abord sous domination soviétique puis qui tomba aux mains des Talibans.

Ce roman retrace avec douleur et justesse l’histoire de l’Afghanistan du XXe siècle, à l’image de ces fuites, des camps de réfugiés créés par des organisations humanitaires, où manger et dormir devenaient une lutte de tous les jours. Afsana incarne une quête de liberté dans ce paysage afghan, une jeune femme ambitieuse qui n’aura de cesse de se battre pour fuir et pour se reconstruire dans une vie meilleure. Ses combats m’ont touchée, émue car elle reflète une génération, des femmes qui ont existé et qui ont rêvé de cette liberté, de fuir.

Parfois, pendant des jours, on ne voit que des steppes et des prairies. C’est toujours cette partie du voyage que j’ai préférée ; ces endroits que personne ne voudrait jamais habiter, mais qui possèdent une étrange beauté un peu inquiétante. Là, sous l’immensité du ciel criblé d’étoiles et de constellations silencieuses, si vaste et si majestueux, là j’aurais l’impression que notre périple n’a pas été vain, au bout du compte. Si seulement j’arrivais à vider mon esprit de toute pensée le temps d’écouter le ciel nocturne, j’entendrais enfin ce que l’univers veut me dire.

Séprateur-01

Une quête de liberté dans un pays aux prises d’une guerre dévastatrice, la fuite d’une jeune adolescente pour rejoindre des conditions de vies meilleures. Un combat qui reflète celui de nombreuses femmes, nombreuses familles pour tout quitter et recommencer ailleurs. Un récit bouleversant.

Excellente lecture-01

Publicités

2 commentaires sur “Sous les étoiles silencieuses • Laura McVeigh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s