Jeunesse

Refuges • Annelise Heurtier

38017321_1131344997006431_7406746873765036032_n.jpg

Petit à petit, je découvre la littérature jeunesse avec un nouveau regard. Il me permet de prendre conscience des thématiques abordées qui sont davantage d’actualité vis à vis des changements, des bouleversements de notre société. C’est le cas notamment de Refuges que je n’aurais certainement pas découvert sans le PrettyBooks Club.

résumé

Mila, une jeune Italienne, revient sur l’île paradisiaque de son enfance, espérant y dissiper le mal-être qui l’assaille depuis un drame familial. Très vite, d’autres voix se mêlent à la sienne. Huit voix venues de l’autre côté de la Méditerranée qui crient leur détresse, leur rage et la force de leurs espérances. Un roman envoûtant qui, depuis la lointaine Érythrée jusqu’à Lampedusa, invite à comprendre et à garder les yeux grands ouverts.

ce que j'en pene

A l’heure où l’immigration est un sujet évoqué de manière très récurrente, un projet de loi ayant vu le jour dernièrement, Refuges s’annonce véritablement actuel alors que sa première publication date de 2015. L’auteure se garde bien d’émettre une quelconque opinion et pourtant, son texte traduit un engagement féroce et un constat qui a n’a fait croître en trois ans : des milliers de gens sont contraints de quitter leur domicile. En parallèle des témoignages de jeunes érythréens, l’histoire de Mila, une adolescente qui revient sur l’île de son enfance, Lampedusa, pour les vacances. Là où son paradis est fait de criques, d’eau turquoise, de petits villages et de crêtes abruptes, Awat, Amir, Amanuele, Meron et tant d’autres y voit la fin d’un périple risqué dans lequel nombre d’entre eux ont péri.

J’avais onze ans et c’est la première giffa (rafle) dont je me souvienne. J’avais onze ans et c’est la première fois que je me suis posé la question. La vie était-elle la même ailleurs, par-delà les frontières de mon pays ?

Annelise Heurtier retranscrit huit témoignages, huit voix qui racontent leur parcours depuis l’Erythrée jusqu’à Lampedusa, les raisons de leurs départs et leurs envies, leurs ambitions. Au XVIe siècle, ils sont victimes des travaux forcés, d’une dictature, d’un service militaire de 17 à 47 ans, de sévices, des rafles (giffa), de la torture et n’ont pour espoir que l’Europe. Cela peut paraître effroyable qu’après toutes les horreurs qui ont déjà été perpétrées dans le monde ces derniers siècles, d’autres perdurent toujours violentes et atteignent ainsi l’humanité. Ces huit érythréens représentent ces vies brisées par ce régime politique, les 305 000 contraints de fuir en presque dix ans (selon l’Agence des Nations Unies).

Même si le parallèle fait avec Mila m’a semblé un peu bancal à certains moments, n’étant pas forcément touchée par l’histoire de la jeune adolescente, il permet de se rendre compte de la chance qu’on a et de l’écart entre nos vies et celles de jeunes de nos âges dont la vie est rythmée par la torture et les travaux forcés. Ce roman est un concentré d’humanisme, d’espoir et une prise de conscience. Le ton n’est pas moralisateur, il incite au contraire à s’intéresser à cette cause et à ne pas fermer les yeux face à l’ampleur du problème.

Pour aller vivre ailleurs, il m’aurait fallu devenir l’une de ces clandestins dont les cadavres desséchés jonchent le Sahara. La mort allait me guetter, me traquer, depuis les zones interdites de la frontière érythréenne jusqu’au Soudan, en Lybie et sur la mer Méditerranée. J’allais subir l’attente, la peur, la faim, le froid. (…) J’allais devenir une ombre.

Il ne m’a fallu que quelques pages pour comprendre que ce roman allait totalement me retourner. Les descriptions de l’île, de ces plages aux sables blancs, ces criques aux eaux magnifiques sont sublimes et quand on imagine que ses falaises escarpées sont bien souvent la première vision de ces migrants, notre regard ne peut que changer. La plume forte, audacieuse et engagée m’a charmée du début à la fin, elle vient aborder une thématique dure avec beaucoup de poésie, de délicatesse.

separateur-livre

Un récit à mettre entre toutes les mains, qui entremêle l’histoire de Mila, une jeune adolescente en vacances sur l’île de son enfance, et les témoignages de huit érythréens en quête d’une vie meilleure en Europe. Ces voix qui s’accordent pour parler d’un trajet où la fin n’est qu’une ambition et rarement une réalité sont poignantes. Un roman bouleversant.

je recommande

3 commentaires sur “Refuges • Annelise Heurtier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s