Saga historique & familiale

Maria Vittoria • Elise Valmorbida

36829607_1107182882755976_694600566583590912_n.jpg

L’histoire d’une femme, en pleine guerre dans les Dolomites : une accroche qui a de quoi me donner envie de découvrir ce roman. J’ai eu l’occasion de le lire au début de l’été et mon souvenir reste très satisfaisant. Merci à NetGalley et les éditions Préludes pour cette lecture.

résumé

1923, dans un hameau perdu au cœur des Dolomites. Maria Vittoria est une jeune femme belle et discrète. Quand son père désigne pour elle son futur époux, Maria s’incline, et bientôt le couple fonde un foyer et ouvre un magasin. Or l’ombre du fascisme et la menace de la guerre pourraient bien rompre l’équilibre et séparer les familles. Entre amour et haine, jalousie et générosité, foi et raison, Maria devra choisir son destin. Au prix, parfois, d’immenses sacrifices…

ce que j'en pene

A 25 ans, Maria vit toujours chez ses parents et n’est pas mariée. Pour son petit village italien, ce n’est pas un fait habituel. En quête d’un époux convenable pour sa fille, son père revient un jour avec Achille, un ancien combattant de la Grande Guerre. Travailleur émérite, il est l’homme idéal pour Maria. Très rapidement, ils vont racheter une épicerie et entamer leur vie conjugale et familiale. Les mœurs de l’époque étant bien différentes, le romantisme n’était pas affaire courante dans un couple. Achille a la main lourde et n’hésite pas à s’en servir sur sa femme. Ce travail qui démarre va permettre à la jeune femme de s’affranchir de la domination de son mari.

La guerre va également être un moyen pour Maria de prendre son destin en main. Courageuse et consciencieuse, elle va gérer l’épicerie d’une main de maître, alors que son mari est emprisonné. Elle va éduquer ses nombreux enfants et survivre dans l’ombre du fascisme ambiant, sous la protection cependant de son fils aîné, Primo. Maria va trouver dans la religion un refuge, un sens à sa vie. C’est un aspect du roman qui prend une place importante.

Maria Vittoria explore l’Histoire d’un pays, d’une région, les Dolomites, durant la guerre et la montée du fascisme avec tout ce qu’il a comporté : les déportations, les restrictions, les phénomènes de résistance, les pénuries, la faim. Les enfants de Maria vont grandir durant cette sombre période et apprendre, eux aussi, à vivre dans des conditions parfois très dures. Dans cet univers rural très masculin pourtant, Maria finit par s’affranchir, à une époque où les femmes n’étaient pas considérées comme égales des hommes, où elles étaient exploitées et simplement utilisées pour procréer.

L’histoire de Maria est un véritable portrait de femme, d’une mère de famille courageuse et attachante qui s’est émancipée des diktats et a su prendre des décisions éloignées de celles des femmes de l’époque. On suit la jeune femme au cours de sa vie, avec beaucoup de curiosité et de plaisir, dans cette région d’Italie, reculée et isolée, abîmée par la guerre : les Dolomites, une province que je méconnais totalement. Pourtant, ce récit m’a pourtant semblé assez inégal en termes de rythme et quelques longueurs sont parfois venues ralentir ma lecture.

separateur-livre

L’épopée de Maria, à travers la guerre, la montée du fascisme, son devoir conjugal, son travail d’épicière et l’éducation de ses enfants. Un portrait de femme, très beau et poétique, dans lequel la religion prend une place importante pour la jeune femme. Ce récit m’a fait passer un bon moment de lecture, pourtant quelques fois ralentis par des longueurs.

à découvrir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s