Bilans

2018 • Meilleures lectures

48239693_933067120232959_4032054901654683648_n.jpg

L’année 2018 touche déjà à sa fin. C’est incroyable à quel point elle est passée vite. C’est une année qui a été synonyme de beaucoup de changements pour moi : mes études se sont terminées et je suis fièrement diplômée d’état, j’ai été embauché et travaille désormais comme éducatrice de jeunes enfants, j’ai déménagé pour sortir de la grande ville et profiter du calme. Au total cette année, j’ai lu presque 150 livres : romans, albums et bandes-dessinées confondus. Dans ce bilan, j’en ai retenu 10. Les meilleurs, ceux qui m’ont marqués définitivement et qui se hissent parmi mes préférés.

separateur-livre

N°1 : Eleanor Oliphant va très bien, Gail Honeyman

Ma chronique

Un roman qui m’a happé dès les premières pages, que je n’ai plus réussi à lâcher tant j’ai eu un coup de cœur pour Eleanor et son quotidien. Sa vie, son enfance et les traumatismes qu’elle a vécu m’ont bouleversé. Elle fait partie de ces héroïnes rares, tantôt triste et tantôt drôle, qu’on rencontre très peu mais qu’on n’oublie jamais. Ce roman est littéralement porté par cette héroïne attachante, incroyablement lumineuse, par ce personnage riche et courageux qui ne cessera de se battre pour sortir la tête de l’eau. Elle m’a émue, à de nombreuses reprises. Sa force est incroyable. Elle est tantôt triste, tantôt drôle. Sa franchise et la liberté de parole qui l’anime parsème son histoire d’humour. C’est le genre d’héroïne pour laquelle on ne peut que ressentir de l’empathie, qu’on ne peut qu’admirer pour l’espoir qu’elle insuffle malgré les obstacles qu’elle a traversé et qui nous fait croire au changement, à la vie tout simplement. Je l’ai aimée instantanément et j’ai su aussitôt que ce roman serait un coup de cœur.

separateur-livre

N°2 : Filles de la mer, Mary Lynn Bracht

Ma chronique

Filles de la mer est un hommage incroyablement bouleversant aux « femmes de réconforts » de l’Occupation japonaise en Corée. L’histoire d’Hana et Emi est celle de milliers de familles, de vies brisées. Puissant, déchirant, ce roman met en parallèle la cruauté de l’homme et l’espoir de voir un jour reconnu ces crimes de guerre. L’histoire déchirante d’Hana et Emi se veut être celles de milliers de femmes, une parmi les 250 000 qui existent. Dense historiquement, Filles de la mer retrace l’histoire d’un pays sous l’annexion japonaise puis soviétique, l’oppression d’un peuple, la cruauté des sévices infligés, les sacrifices des familles et le combat des femmes enlevées, déracinées pour survivre dans cette guerre. Ce roman est un portrait de femmes fortes magnifique qui montre à quel point le courage, l’espoir de s’en sortir demeure au détriment des horreurs.

separateur-livre

N°3 : Ce qui reste de nous, Jill Santopolo

Ma chronique

Mon exigence quant à ce genre littéraire ne cesse d’augmenter au fil du temps, mon envie de me laisser porter dans une romance devient davantage contrainte par mon besoin de réalisme. Ce couple m’a touchée, au plus profond de mon cœur. Ils m’ont fait pleurer, ils m’ont émue. C’est le récit une passion dévorante qui va les unir et qui dépassera les frontières, les océans, les pays et qui ne s’épuisera jamais. C’est le genre d’amour qu’on rêve de vivre, qu’on rêve de connaître car il laisse une marque indélébile. Il demeure, malgré le temps, un roc solide, un repère inébranlable. C’est une histoire d’amour magnifique, une des plus belles que j’ai lue, mais également une histoire de décisions, de croisements et de regrets. Coup de foudre pour ce roman qui retrace l’histoire d’amour de Lucy et Gabe, pour les choix et les décisions qu’on prend pour accomplir nos rêves. Est-ce suffisant pour vivre et prétendre au bonheur ? Leur histoire est un roc, puissante et magnifique et il me sera très difficile de l’oublier.

separateur-livre

N°4 : La perle et la coquille, Nadia Hashimi

Ma chronique

Lire et découvrir des destins de femmes fortes, inspirantes n’a jamais été autant dans mes envies pour cette année. Concernée par le combat des femmes dans les différents pays, ma rencontre avec Nadia Hashimi marque un véritable tournant dans ma vie de lectrice. Sa volonté d’éveiller les consciences concernant les réalités et les conditions de vie des femmes en Afghanistan est noble et m’a énormément touchée. Ce roman m’aura profondément marqué, de part les destins de Shekiba et Rahima mais aussi par la richesse du récit que l’auteure nous livre, plaidant la cause des femmes dans un pays où elles n’ont que peu de place et d’espace de liberté. La tradition des bacha posh est travaillé avec justesse et permet d’ouvrir sur la volonté d’émancipation des femmes.

separateur-livre

N°5 : Les fureurs invisibles du cœur, John Boyne

Ma chronique

Les fureurs invisibles du cœur est un chef d’œuvre incroyable, la plume choque avec élégance sans jamais aller dans le trop, malgré quelques passages vulgaires. En tant que lectrice, c’est avec colère que j’ai parfois réagi au traitement infligé aux citoyens irlandais homosexuels, bien que le contexte d’une société traditionnelle et ignorante s’ajoute. Le passé sonne pourtant, à certains moments, comme très actuel et c’est dans cette capacité-là que réside la réussite de ce roman, celle de nous interroger et nous faire prendre conscience du chemin qu’il reste à parcourir. Un roman absolument bouleversant qui marque profondément. John Boyne retrace 70 ans d’histoire irlandaise, de sa société catholique traditionnelle, en explorant les affres de son héros Cyril. Un chef d’œuvre de littérature que je ne suis pas près d’oublier !

separateur-livre

N°6 : Le paradis blanc, Kristin Hannah

Ma chronique

Cette histoire de famille, c’est aussi une histoire pleine d’amour et d’espoir dans laquelle j’ai pris énormément de plaisir à me plonger. Une histoire magnétique, difficile à lâcher et à oublier qui aborde des thématiques très vastes au cœur d’événements historiques : les violences conjugales et leur reconnaissance juridique, l’implication des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam et le suivi psychologique des soldats revenus, la vie sauvage et son amélioration, l’adolescence, l’amour, la famille, etc. Le paradis blanc est plus dur qu’il n’y parait et certains sujets plus subtils qu’on peut le croire. Ce roman restera certainement longtemps dans ma mémoire, tant je l’ai aimé et tant l’histoire de Leni m’a touchée.

separateur-livre

N°7 : No Home, Yaa Gyasi

Ma chronique

Un chef d’œuvre inoubliable, un des romans les plus marquants que j’ai lu dans ma vie de lectrice qui retrace des siècles d’Histoire à travers une lignée incroyable. Esclavage, ségrégation, traite humaine, autant de sujets qui prennent leur sens au cœur de cette saga familiale riche et dense. Ce roman est à mes yeux un véritable chef d’œuvre, un ouvrage lumineux et incroyable dont on ne peut qu’apprécier la richesse et la densité. On ressort de cette lecture avec une estime et un respect immense pour ces vies, ces individus qui se sont battus au nom de l’égalité.

separateur-livre

N°8 : Changer l’eau des fleurs, Valérie Perrin

Ma chronique

Une plume profonde qui vient poser des mots justes sur les drames de la vie, sur l’histoire de Violette qui, au delà d’être touchante, m’a vraiment émue. La bienveillance de ce récit est incroyable et rend sa lecture encore plus belle. Valérie Perrin signe ici un roman d’une très grande qualité. Cette intrigue captivante vient creuser la vie et bouleverse parce qu’elle est pleine d’émotions. L’amour, la maternité, la filiation, le pardon, la résilience, l’amour viscéral, l’espoir, autant de sujets qui viennent étayer ce récit où l’humour se mêle savamment à la douceur, aux sentiments justes et à l’optimisme et qui m’a envoûté littéralement.

separateur-livre

N°9 : Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles, Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

Ma chronique

Qu’il est difficile de trouver les mots justes pour parler d’une lecture qu’on a autant appréciée… Ce roman épistolaire est l’une des plus belles histoires d’amitié qu’il m’a été donné de lire. Impossible de ne pas s’attacher à Glory et Rita, deux femmes extraordinaires, séparées par presque 2 000 kilomètres et vingt ans d’écart. Pendant plusieurs années et tandis que la Seconde guerre mondiale se tisse en toile de fond, ces amies vont échanger sur leurs vies respectives, sur leurs états d’âmes, leurs difficultés et leurs petits bonheurs. C’est une histoire qui fait du bien, qui met de bonne humeur et qui met du baume au cœur. Ce qui demeure fantastique avec ce roman, c’est son aspect résolument optimiste porté par deux personnalités hors du commun.

separateur-livre

N°10 : Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux, Martha Hall Kelly

Ma chronique

Il y a peu, je crois, de romans qui m’auront autant bouleversé que Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux dans le traitement de la Seconde Guerre mondiale et des camps de concentration. Il est un magnifique hommage à ces femmes victimes. Il vient faire ressortir l’horreur, les atrocités des expériences médicales tout en mettant en parallèle la gentillesse, la bonté de certaines personnes. Relier ces deux extrêmes dans un sujet aussi vaste que la guerre est, à mes yeux, une prouesse incroyable. L’un des plus magnifiques et bouleversants romans que j’ai lu sur l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale : un hommage aux « Lapins » de Ravensbrück, aux petites mains américaines qui améliorèrent le quotidien des enfants. L’auteure s’attache à mettre en parallèle l’horreur et la bonté, les atrocités aux bonnes actions et c’est ce qui m’a autant touchée dans Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux.

separateur-livre

Et vous, quelles ont été vos plus belles lectures cette année ?

Pour retrouver toutes mes chroniques et livres lus depuis le début de l’année, c’est par ici.

11 commentaires sur “2018 • Meilleures lectures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s