Contemporain

L’envol • Alia Cardyn

58625938_596226390855875_7656069712412934144_n.jpg

C’est le troisième roman d’Alia Cardyn mais seulement le deuxième que je lis. Le choix d’une vie avait été une très bonne lecture et m’avait permis de découvrir la merveilleuse plume de l’auteure, si différente et si belle. Merci à Charleston de m’avoir envoyé L’envol.

Résumé-01

Chaque année, le 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête somptueuse dans sa propriété dominant l’océan. Aujourd’hui, la ville côtière de Black est en émoi. Lors de la fête annuelle, la jeune Théa Vogue a sauté dans le vide. Pour son troisième roman, Alia Cardyn nous plonge dans le quotidien d’une petite ville et, de 27 juillet en 27 juillet, nous délivre, aux côtés de Théa, un bouleversant message d’espoir.

Ce que j'en pense-01

Il est, je trouve, très compliqué de parler de cette histoire sans trop en dévoiler. Le résumé est tout simplement parfait pour donner envie de la découvrir sans en révéler les tenants et les aboutissants. L’idéal serait presque de se plonger dans sa lecture sans avoir même lu les quelques lignes du synopsis car toute l’intérêt repose sur le fait de se laisser guider, malmener et surprendre par les personnages. Se laisser porter permet de faire véritablement connaissance avec eux, de les découvrir dans toute leur complexité. Ils sont nombreux mais seuls trois croisent leurs destins et leurs récits.

La construction du récit est tout d’abord très déstabilisante, il se tisse à la manière d’un roman choral à l’aide de lettres, de souvenirs et de récit. Entre les différentes formes, on alterne le passé et le présent entre les différents personnages. Cela permet de comprendre ce qui s’est déroulé antérieurement, ce qui a provoqué le drame du 27 juillet mais également de saisir l’importance de cette légende de Black et ce qu’elle signifie pour chacun des habitants. Le travail effectué sur les personnages, sur leur psychologie est, à mon sens, incroyable.

L’auteure a su créer des individus, à part entière, remplis de blessures, de souffrances, en mal d’amour. Elle explore les sentiments humains, dans toute leur intrication et leur délicatesse. Les sujets abordés sont beaux et universels : l’amour, la souffrance, la famille, la filiation mais aussi plus profonds, tels que la douleur des silences, le manque de communication entre les êtres, la construction de soi, la douleur de ne réussir à exister aux yeux de ceux qu’on aime. La plume d’Alia Cardyn est atypique, déroutante mais poétique, douce. Je m’étais déjà fait la réflexion avec Le choix d’une vie. L’auteure signe ici un troisième roman très réussi, empreint d’une grande sensibilité.

Séprateur-01

C’est un nouveau roman absolument incroyable que nous livre Alia Cardyn : complexe, sensible, poétique. Sa construction est déstabilisante ; le travail autour des personnages est extraordinaire, les sentiments humains sont passés au crible et les sujets abordés sont universels et profonds : l’amour, la souffrance, la douleur des silences… Je me suis laissée guider par ce roman choral atypique et c’est ainsi qu’il faut le découvrir.

Très bonne lecture-01

2 commentaires sur “L’envol • Alia Cardyn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s