Bande-dessinée - humour

Les beaux étés, tome 5 : La fugue • Zidrou et Jordi Lafèbre

58057757_2470740742958935_1573980766658887680_n

La saga étant désormais complète à la médiathèque, je me suis empressée d’emprunter le cinquième tome. Et j’ai passé un excellent moment !

résumé

La fin de l’année 1979 approche doucement. Les Faldérault ne peuvent pas dire qu’ils en gardent un bon souvenir : Madeleine déteste aussi bien son travail de vendeuse de chaussures que la femme qui l’a engagée, cette pingre de Delmotte, et Garin a proposé à Pierre de reprendre la série « Zagor », celle-là même que Pierre ne peut décidément plus voir en peinture ! Bref, il est vraiment temps que l’année se termine ! Pour se changer les idées, les Faldérault décident de fêter Noël au soleil ! Néanmoins, toute la petite famille ne sera pas de la partie puisque Julie-Jolie reste à la maison pour préparer ses examens. Ce n’est pas non plus du goût de Louis qui avait prévu d’assister au concert de Pink Floyd à Londres et dont les plans sont bouleversés à la dernière seconde. Les voilà donc partis pour des vacances qui s’annoncent mouvementées… surtout lorsque Louis décide de fuguer en cours de route…

ce que j'en pene

Sans nécessairement révéler un point de l’intrigue, ce cinquième tome est le premier à ne pas se dérouler durant les vacances estivales. Toujours à Mons, en Belgique, c’est à l’hiver 1979 que nous retrouvons la famille Faldérault. La neige recouvre les trottoirs mais, à en croire les premières planches, le quotidien semble plutôt morose… Madeleine ne supporte plus son travail de vendeuse de chaussures, elle semble fatiguée de ne pas avoir eu de véritables vacances depuis plusieurs mois, étant donné le désastre de l’été 78 et les 12 jours de retard de Pierre.

58462027_402449650341288_3972022464426278912_n

Ce tome-ci semble légèrement à part. Les vacances ne sont pas réellement au cœur de l’intrigue. Au contraire, les auteurs nous invitent à rencontrer davantage les enfants de la famille et à s’intéresser à leur quotidien, leurs habitudes, leurs envies, ce qu’ils aiment ou détestent faire. Ainsi, on apprend que Julie Jolie fait des études de droits assez accaparantes, que Louis est un fan de la première heure des Pink Floyd, etc. Même si j’ai trouvé que l’histoire tournait un peu en rond, c’est toujours un vrai bonheur de retrouver cette famille touchante, pleine de vie, d’espoir et de bonne humeur. A chaque situation son petit bonheur et ils nous le prouvent encore une fois.

separateur-livre

Un cinquième tome que j’ai trouvé moins dynamique, car les vacances ne sont pas au cœur de cette intrigue, mais qui montre une nouvelle fois à quel point la famille Faldérault est soudée, touchante et pleine de bonne humeur. 

je recommande

Un commentaire sur “Les beaux étés, tome 5 : La fugue • Zidrou et Jordi Lafèbre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s