Comédie·Films

Cinéma • Venise n’est pas en Italie

1623325.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Malgré la réédition en poche de Venise n’est pas en Italie, dont la couverture est absolument magnifique à mes yeux, je ne me suis jamais intéressée à cette histoire. En découvrant que ce roman faisait l’objet d’une adaptation cinématographique, j’ai eu très envie d’aller le voir ! Et ce fut un excellent moment.

Résumé-01

La famille Chamodot est fantasque et inclassable. Bernard, le père, un peu doux-dingue, fait vivre tout le monde dans une caravane, et la mère, Annie teint les cheveux de son fils Émile en blond, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça !!! Quand Pauline, la fille du lycée dont Émile est amoureux, l’invite à Venise pour les vacances, l’adolescent est fou de joie. Seul problème, et de taille, les parents décident de l’accompagner avec leur caravane, pour un voyage aussi rocambolesque qu’initiatique.

Ce que j'en pense-01

Venise n’est pas en Italie est un tendre portrait de famille, qui dépeint avec délicatesse et humour le sentiment de ne pas se sentir normal, celui d’avoir l’impression d’être né dans la mauvaise famille, d’être trop différent. Fils de parents hors-normes, Émile est pourtant un adolescent simple, qui aspire à une vie simple, loin de la caravane dans laquelle il habite et loin des lubies écolo-bio de sa mère. Lorsqu’il tombe amoureux de Pauline, une jeune musicienne, il entrevoit la possibilité de s’évader de ce quotidien qui le pèse et qu’il tente de cacher aux autres puisqu’elle donne un concert et qu’il y est invité.

1716919.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Malheureusement, le concert que donne Pauline est à Venise et les parents Chamodot  y voit là une magnifique occasion pour entreprendre un voyage en Italie en caravane ! Le film prend alors des allures de road-movie, alliant aventures rocambolesques et moments de vie quotidiennes. Sous couvert d’une grande dose d’humour, il y a cependant des sujets profonds mis en scène par le personnage d’Émile : la construction de soi, l’estime de soi, la confiance en soi. Et toujours, cette interrogation, pourquoi cette honte de ces parents, de ces origines ? Pourquoi ces parents ne peuvent-ils pas être « normaux » et comme tout le monde ? 

Il est difficile, adolescent, d’assumer cette différence, qui met mal à l’aise, qui est souvent sujette aux moqueries et qui ne rend pas toujours plus fort mais elle est superbement contrée par la morale de Bertrand Chamodot : « Mais qu’est-ce que tu t’imagines ?! Les gens normaux n’existent pas ! ». Sous ces aspects, on retrouve tous les ingrédients de la comédie qui font de ce long métrage un film drôle, vivant, dynamique et touchant.

Séprateur-01

2 commentaires sur “Cinéma • Venise n’est pas en Italie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s