Contemporain·Lectrice VIP 2019·Projets littéraires

La reine des pluies • Katherine Scholes

Katherine Scholes est une auteure que j’ai lu pour la première fois l’année dernière (Leopard Hall), grâce au Cercle Belfond. C’était une excellente découverte et je suis ravie de la relire avec la réédition de son roman, La Reine des pluies. Merci Belfond !

Résumé-01

Pâques 1974. Kate Carrington, alors âgée de douze ans, se retrouve orpheline en Afrique, continent méconnu et envoûtant. Ses parents, Sarah et Michael, deux missionnaires australiens, ont été assassinés dans la brousse près de la frontière rwandaise. Puis vient le retour vers cette Australie qu’elle ne connaît pas encore, la vie dans les pensionnats de la mission, ses études d’infirmière. Surtout s’endurcir, devenir imperméable aux autres pour ne plus souffrir. Mais voilà qu’emménage une mystérieuse voisine, femme âgée qui passe son temps autour d’un feu de camp dans son jardin, en compagnie d’une chèvre. Peu à peu les deux femmes se lient d’amitié et la vieille dame étrange et solitaire fait de surprenantes révélations à Kate sur son passé et la flamboyante reine des pluies.

Ce que j'en pense-01

Découvrir un roman aussi vivant et aussi dépaysant que La Reine des pluies est un moment incroyable pour la lectrice passionnée par les voyages et les différentes cultures que je suis. J’ai eu, tout au long de ma lecture, l’impression de voyager, de parcourir des milliers de kilomètres simplement en tournant les pages, d’être projetée au cœur des paysages tanzaniens, de côtoyer les tribus africaines, de partager leurs rites ; et il n’y a rien de plus merveilleux que de ressentir de telles sensations en lisant un roman.

L’histoire débute en 1974, alors que la jeune Kate se retrouve orpheline, suite au massacre de ses parents par des bandits africains, assassinés dans leur maison à Langali, en Tanzanie. Sa vie en Afrique est alors finie et elle grandit en Australie, au sein de différents foyers, avant de devenir infirmière. Les souvenirs liés à son enfance sont scellés dans une partie de sa mémoire mais sa rencontre avec Annah Mason, désormais vieillie et malade, va la ramener des années en arrière, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant… Katherine Scholes tire certains éléments de son roman de son expérience personnelle, étant née en Tanzanie et ayant grandi au sein d’une mission catholique avec ses parents.

Et c’est justement au cœur d’une mission qu’elle décide de faire débuter l’histoire d’Annah Mason, l’un des personnages principaux de ce roman. Jeune australienne, infirmière de profession, Annah est encore fébrile et naïve lorsqu’elle débarque à Langali dans les années 60. Recueillie par un couple de missionnaire, Michael, un médecin et Sarah, dont les études d’infirmières non-abouties n’ont pourtant pas entaché sa volonté de sauver les mères africaines, elle va prendre ses marques et découvrir une autre vision du monde, un peuple et des méthodes médicales peu ordinaires. Des années plus tard, ce sera elle qui sera aux premières loges pour assister au massacre de ses amis et deviendra une des seules dépositaires de la vie qu’ont mené Sarah et Michael, avec leur fille Kate, survivante de la tragédie.

Ce roman est un véritable portrait de femmes, humaniste et féministe. Celui d’une femme qui n’a jamais abandonné, qui a donné sa vie pour sauver celles d’autres et s’est battue aux côtés des tribus africaines que le gouvernement souhaitait faire appartenir au passé. Son désir de soigner, d’accompagner les populations, son implication dans les rituels médicaux africains sont autant de valeurs qui ont conduit la jeune femme à devenir téméraire et vive. Cette lecture captivante m’a fait voyager dans un pays dont j’ignorais totalement l’histoire et m’a complètement dépaysée. L’auteure a su apporter de la profondeur à son histoire en abordant ce qu’elle a elle-même vécu et en ajoutant à son récit certains bouleversements politiques qui ont notamment marqué l’histoire de l’Afrique : les émeutes au Rwanda et les massacres de Blancs au Congo.

Séprateur-01

Dépaysant, captivant, passionnant, La Reine des pluies est un roman riche et profond qui se sert de l’Histoire avec un grand H et de l’histoire de l’auteure pour dresser le portrait d’une femme incroyable, infirmière dévouée et humaniste, au service des tribus africaines. En tournant le pages, j’ai eu la sensation d’être projetée en Tanzanie, au cœur des sublimes paysages décrits par l’auteure..

Excellente lecture-01

3 commentaires sur “La reine des pluies • Katherine Scholes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s