Contemporain

L’odeur de la colle en pot • Adèle Bréau

62074553_1053735558145737_210412840127823872_n.jpg

Adèle Bréau est une auteure que j’ai découverte avec la saga La cour des grandes il y a trois ans maintenant. C’était une évidence pour moi de découvrir son nouveau roman, qui est le portrait d’une génération, celle des années 90.  

Résumé-01

Septembre 1991. Caroline a treize ans et intègre son nouveau collège. Avec ses parents et sa sœur Charlotte, ils ont quitté la banlieue pour s’installer à Paris, dans un appartement trop grand où les liens se distendent chaque jour. S’il voulait se rapprocher de ce travail qui le dévore, le père est pourtant de plus en plus absent. Quand il est là, c’est vêtu de ce blouson qu’il ne quitte plus, et de cet air qui semble dire son désir de partir loin. Autour de l’unique téléphone fixe de la maison se chuchotent les secrets d’une famille en plein chaos : le chagrin de la mère, la fuite du père et les tourments adolescents de l’héroïne, qui déroule le fil de cette année si particulière où l’enfance s’éloigne. Caroline restitue le portrait d’une génération désenchantée, les professeurs, les premiers flirts, les cafés où l’on fume encore, les cabines téléphoniques, les vidéoclubs, la musique triste dans son walkman, les cahiers Clairefontaine, les Guignols de l’Info, le bruit des craies et c’est toute une époque qui resurgit comme lorsqu’on plonge son nez dans ces petits pots de colle à l’odeur d’amande.

Ce que j'en pense-01

Caroline est une adolescente de seize ans dans les années 90, portrait d’une génération pas si ancienne que cela, celle des cassettes VHS, des vieux téléphones à cadran dans la chambre des parents, des groupes de rock, de Pretty Woman, de cette colle Cléopâtre à l’odeur d’amande. Caroline est cette fille qui débarque dans un nouveau lycée après un déménagement, qui doit s’intégrer et se faire de nouvelles amies. Ce ne sont pas des années qui sont si loin pour moi puisque je suis née en 1994 et même si j’étais très jeune, ce roman convoque des souvenirs d’enfance.

Adèle Bréau se met dans la peau de cette adolescence mal dans sa peau, en proie à ses premières lubies amoureuses, dont la vie familiale éclate du jour au lendemain en même temps que sa crise d’adolescence. Si bien qu’entre le divorce de ses parents, la nouvelle petite-amie de son père et ses allers/retours sporadiques dans sa vie, le chagrin perpétuel de sa mère, sa petite sœur envahissante, Caroline se réfugie dans sa vie sociale et apprécie un temps d’être éloignée de tous ces événements durant la classe verte organisée par le lycée.

Il est assez aisé de s’identifier à cette adolescence, surtout que le style de l’auteure permet de la côtoyer comme une amie, de manière proche et amicale. Un peu comme si on lisait son journal intime. La plume est touchante, sensible et se fait le porte-parole de cette génération 90 qui s’éloigne doucement. Le récit est empreint d’une grande nostalgie, qui vous attrape dès les premières références à cette décennie, à mesure que les émotions de l’adolescente croissent et qu’elle nous les fait vivre. C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié, parce qu’il s’en dégage également une belle simplicité et une douce mélancolie.

Séprateur-01

Portrait d’une génération, Caroline est une adolescente banale et sans histoire qui déménage à Paris pour démarrer son année de quatrième dans un nouveau lycée. Au fil de l’année 91, au rythme du téléphone à cadran qui n’en finit pas de bloquer la ligne et du film Pretty Woman, elle va découvrir l’euphorie du premier amour, de belles amitiés et vivre des drames familiaux. Un roman empreint d’une douce nostalgie qui nous replonge dans ces années qui s’éloignent désormais malgré les souvenirs convoqués.

Très bonne lecture-01

4 commentaires sur “L’odeur de la colle en pot • Adèle Bréau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s