Bande-dessinée - historique·Bande-dessinée - jeunesse

Les enfants de la Résistance, tome 2 : Premières répressions • Benoît Ers et Vincent Dugomier

70503229_2514695622142868_5391852448195280896_n

Après avoir énormément aimé le premier tome (Les enfants de la Résistance, tome 1 : Premières actions), je me suis empressée d’aller à la médiathèque emprunter les tomes suivants !

résumé

Grâce à l’impact de leurs actions, François, Eusèbe et Lisa ne sont plus les seuls à se rebeller contre l’occupant allemand ; des adultes entrent aussi à présent en résistance, notamment le maire, le curé et les parents d’Eusèbe et François. Tout en gardant leur anonymat, les jeunes résistants font à nouveau preuve d’un culot extraordinaire en faisant le lien entre adultes pour organiser un système de passage de prisonniers français évadés vers la zone libre. En parallèle, les Allemands renforcent leur surveillance et n’hésitent pas à recourir à la violence voire au meurtre. Nos héros sont directement confrontés à la mort et au racisme. Dans une France de plus en plus divisée, de petits grains de sable isolés parviendront-ils à enrayer la machine nazie ?

ce que j'en pene

Cette saga est gage d’une immense qualité, ce deuxième tome étant à mes yeux encore meilleur que le premier et je n’avais pas ressenti un tel engouement pour une série de bande-dessinée historique depuis que j’ai lu Irena. Riche en rebondissement et captivante, cette suite m’a énormément plu. On retrouve les François, Lisa et Eusèbe dans leur réseau de la Résistance, lequel s’est consolidé et fonctionne relativement bien, les messages étant distribués régulièrement aux habitants du village sous un nom de code : ils sont « Le Lynx ».

69853520_908849206150776_8733823839026282496_n

Ils continuent pourtant de s’interroger sur la guerre et l’arrivée de prisonniers coloniaux ne les aide pas à comprendre ce qu’il se déroule vraiment au-delà de leur village. Les évadés qui réussissent à passer en zone libre en passant près de chez eux évoquent des camps et les trois amis vont croiser la route de certains de ces prisonniers en fuite, qui leur confient alors l’existence des premiers camps de prisonniers. Il est pour eux très difficile de s’impliquer sans s’exposer dangereusement, surtout qu’ils sont encore des enfants et que leurs moyens sont limités. La volonté de François, Lisa et Eusèbe, incapables d’accepter l’occupation allemande, est pourtant immense et cela leur permet de développer ingéniosité et créativité.

70004963_459521717967284_967245936642228224_n

La grande force de cette bande-dessinée (et de la série entière, selon moi), réside dans le regard qui est porté à la guerre : le regard d’enfants, pas encore capables de tout comprendre des enjeux politiques du monde mais dont l’innocence suffit à vouloir sauver le monde. Tout n’est cependant pas rose et c’est que j’ai beaucoup apprécié, bien que ce soit illustré de manière tragique. Sauver des vies peut entraîner la mort de certaines et il n’en sera que plus douloureux pour eux d’en faire l’expérience.

separateur-livre

C’est le deuxième tome des aventures de François, Lisa et Eusèbe et il est, selon moi, encore meilleur que le premier ! Leur réseau de Résistance s’intensifie et se consolide. Alors qu’ils n’ont que peu de moyens pour agir, leur volonté s’accroît et cela leur donne une certaine créativité dans leurs actions. Tout n’est pourtant pas tout rose et il en fera l’amère expérience…

je recommande

5 commentaires sur “Les enfants de la Résistance, tome 2 : Premières répressions • Benoît Ers et Vincent Dugomier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s