Un fils parfait • Mathieu Ménégaux

88265896_804036563413566_662043529068937216_n

Il y a quelques mois, j’ai découvert Mathieu Ménégaux avec son roman Je me suis tue qui avait été une très bonne lecture sans pour autant être inoubliable à mes yeux. C’est en découvrant son nouveau roman à paraître que j’ai eu envie de le relire et j’ai emporté Un fils parfait avec moi à New-York.

Résumé-01

Maxime a tout réussi : de brillantes études, une carrière fulgurante, il est un mari aimant et un père attentionné. Un fils parfait. Un homme au-dessus de tout soupçon. Si bien que, lorsque sa fille, Claire, dénonce ses agissements à sa mère, en la suppliant de la protéger, Daphné tarde à la croire. L’amour qu’elle porte à Maxime la conduit à refuser l’évidence pour préserver sa vie et son confort. Pourtant les soupçons se confirment, le doute se dissipe et les faits vont pousser Daphné à réagir. Mais il est trop tard. Maxime, fort de cette façade d’homme irréprochable, a manipulé la police et la justice afin de les retourner contre la mère de ses enfants. Daphné livre sa version de l’histoire à sa belle-mère. Elle reprend les éléments un par un, depuis les débuts amoureux avec Maxime, jusqu’à la confrontation sans merci. Jusqu’où une mère doit-elle aller pour protéger ses filles et faire valoir ses droits, lorsque personne n’accepte de la croire ? Quelles épreuves Daphné va-t-elle devoir traverser pour récupérer Claire et Lucie ?

Ce que j'en pense-01

Sans faire de détours, cette lecture a été très mitigée et particulièrement dérangeante. Elle m’a mise mal à l’aise, m’a déstabilisée et je suis loin d’avoir ressenti l’engouement de nombreux de lecteurs. L’histoire s’inspire de faits réels, un fait divers qui nous plonge dans l’indicible, l’horreur. Racontée à la manière d’un long monologue que Daphnée, la protagoniste principale, adresse à sa belle-mère, on découvre l’histoire de la jeune maman et son combat. Cette longue lettre, défouloir dans laquelle elle fustige son mari, retrace un mariage idéal, un quotidien serein presque banal, la naissance de deux petites filles, les petites et grandes joies de la vie de famille jusqu’à l’aveu.

Et ça été un énorme choc pour moi. Parce que je me suis rendue compte que de tous les résumés que j’avais lus, les avis que j’avais survolés, je n’avais pas pris conscience que le sujet de ce roman était aussi brutal. Je n’avais fait confiance qu’aux discours me le recommandant les yeux fermés, sans pour autant me préciser de quoi il s’agissait réellement. Les premières phrases ont été comme une claque, assez violente. C’est un sujet extrêmement tabou qui demeure pourtant très important, notamment parce qu’il peut briser un être humain, détruire des vies, laisser des séquelles irréparables.

Daphné, au cours de sa lettre, suit son parcours et notamment ses démêlés avec la justice. Parce qu’en voulait protéger sa famille, ses filles, tout s’est brutalement retourné contre elle. Elle condamne alors, juge, expose les faits à sa belle-mère de manière assez violente, raconte la spirale infernale qui l’a aspirée à partir du moment où elle a souhaité sauver ses filles. Ce discours m’a bien souvent mise mal à l’aise par sa véhémence, j’ai eu beaucoup de difficulté à m’y retrouver dans cette écriture qui cingle, dont on ne possède qu’un seul point de vue et qui glace le sang.

Ce récit nous plonge dans l’horreur, dans les dédales judiciaires. L’auteur, dans sa volonté de traiter d’un sujet de réflexion utile à notre société, dénonce également le fait que les victimes sont malheureusement peu entendues et restent en danger, quoique la justice peut mettre véritablement en place. Mais, très vite, malgré un sujet qui m’intéressait et m’intéresse et dont, je trouve, on ne parle que très peu, j’ai eu ce sentiment de lassitude. Ce sentiment que je lisais la colère d’une femme, en répétition et si je suis allée jusqu’au bout, c’est parce que j’avais quand même envie de savoir comment tout cela allait se terminer.

Séprateur-01

Un récit glaçant qui dénonce un sujet de société dont on ne parle que trop et qui peut détruire des vies tout comme laisser des séquelles. Malgré un sujet intéressant, je n’ai pas du tout aimé la manière dont est construit et écrit le récit. A la manière d’une lettre ouverte, le personnage principal revient sur son histoire, son parcours et comment sa vie a basculé en l’espace de quelques heures. 

Lecture mitigée-01

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s