Biopic·Films

Cinéma • Judy

C’est une performeuse d’un autre temps, que je suis loin d’avoir connu. Pourtant, à l’annonce de son biopic, j’ai eu très envie de voir ce film et j’ai profité de mon voyage à New-York pour le regarder dans l’avion.

résumé

Hiver 1968. La légendaire Judy Garland débarque à Londres pour se produire à guichets fermés au Talk of the Town. Cela fait trente ans déjà qu’elle est devenue une star planétaire grâce au Magicien d’Oz. Judy a débuté son travail d’artiste à l’âge de deux ans, cela fait maintenant plus de quatre décennies qu’elle chante pour gagner sa vie. Elle est épuisée. Alors qu’elle se prépare pour le spectacle, qu’elle se bat avec son agent, charme les musiciens et évoque ses souvenirs entre amis ; sa vivacité et sa générosité séduisent son entourage. Hantée par une enfance sacrifiée pour Hollywood, elle aspire à rentrer chez elle et à consacrer du temps à ses enfants. Aura-t-elle seulement la force d’aller de l’avant ?

ce que j'en pene

Je suis loin de faire partie de la génération à laquelle a appartenu Judy Garland, pseudonyme de Frances Ethel Gumm, une célèbre actrice, chanteuse et danseuse américaine. Elle est souvent qualifiée comme une des plus grandes performeuses de son époque, c’est d’ailleurs ainsi que l’a qualifiée Renée Zellweiger, l’actrice qui l’interprète. Avant de voir ce film, je ne m’étais jamais interrogé sur sa vie, sur qui elle était bien que j’eusse déjà pu entendre parler d’elle. Ce biopic retrace une infime partie de sa carrière, l’année 1968.

5028512.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Un an avant sa mort, Judy s’envole pour le Royaume-Uni afin d’y performer une série de concert à guichets fermés au Talk of the Town. Elle se produit depuis déjà une trentaine d’années et ceux qui l’ont découvert lorsqu’elle était enfant dans le Magicien d’Oz découvre une autre femme. Épuisée, lassée, elle a perdu de son éclat et de sa lumière. Elle n’est plus la star planétaire découverte lorsqu’elle était jeune. Sa vie est réglée par des pilules et l’alcool, une vie dans laquelle le sommeil ne la gagne plus et la fatigue ravage son corps et son esprit. Ce biopic nous montre l’envers du décor d’une star poussée à l’excès, sans cesse sous pression, depuis des années. Une star malmenée, violentée par des producteurs, des réalisateurs.

0404334.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

On assiste également à tout le processus de fabrication d’identité, tous les éléments qui ont permis à Frances Ethel Gumm de devenir Judy Garland et d’intégrer des comportements stéréotypés dans sa manière de parler, de vivre, de manger. Les détails de son enfance sont glaçants, effrayants et revienne sur l’enfance qu’elle a eu. Une enfance au cœur du show-business, avortée. C’est un portrait de femme poignant, édifiant. Celui d’une star brisée des nombreux sacrifices. Renée Zellweiger y apparaît si métamorphosée, méconnaissable qu’elle m’a époustouflée dans ce rôle qui ne lui ressemble pourtant pas.

séparateur cinéma 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s