Historique

Le chardon et le tartan • Diana Gabaldon

93407155_249813119711925_6676257431607050240_n

J’entends parler de cette saga depuis très longtemps et la première, c’était la blogueuse Mango & Salt. Depuis, je n’ai cessé de voir sur Instagram les différents tomes défiler, en plus de découvrir que la série continuait à récolter des amateurs saison après saison, dont ma petite sœur qui me tanne depuis plusieurs mois. J’ai donc enfin pris le temps de lire le premier tome, Le chardon et le tartan, durant ce confinement.

résumé

Au cours d’une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d’un menhir. Elle s’en approche et c’est alors que l’incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L’Ecosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l’occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d’intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l’aventure et les périls, l’amour et la passion. Jusqu’au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu’elle aura découvert et le bonheur qu’elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain…

ce que j'en pene

Cette saga est désormais relativement célèbre, du fait de sa taille (l’auteure écrit actuellement le neuvième tome), de son adaptation visuelle et des nombreux événements à son effigie. Je repousse sa lecture depuis un petit moment alors que le premier tome est en ma possession depuis quelques années. Ne voyant plus de raisons pour éternellement la remettre à plus tard, j’ai finalement lu le premier tome et s’il y a bien un mot qui le résume, à mon sens, c’est voyage. Tout comme l’héroïne, Claire Randall, bien qu’elle n’ait de son côté rien souhaité au départ, j’ai eu la sensation d’avoir traversé une faille spatio-temporelle durant plus de 800 pages et de m’être retrouvée en Écosse au XVIIIe siècle. En effet, la jeune femme, infirmière pendant la seconde guerre mondiale, est en lune de miel avec son époux Frank, lorsqu’elle disparaît pendant une promenade sur la colline de Craigh Na Dun.

Elle réapparaît en 1743, deux siècles plus tôt, sans comprendre la véritable signification de ce phénomène, propulsée au cœur du conflit qui oppose les Highlanders de Bonnie Prince Charles aux anglais. C’est principalement ce contexte historique qui m’a passionnée parce qu’il est riche et très détaillé. On sent derrière chaque événement, chaque dialogue politique, un travail de recherche abouti et extrêmement minutieux qui rend l’intrigue fictive encore plus crédible. Pour autant, ce n’est pas un livre d’histoire et au milieu de ce contexte passionnant, l’histoire de Claire et Jamie se tisse doucement, au milieu des conflits politiques, des divergences d’opinions et particulièrement des idées fières et indépendantes de Claire qui vont à l’encontre des coutumes écossaises et la mettront maintes fois en danger.

Il y a, en effet, ce détail qu’il ne faut pas oublier et l’auteure a très bien su l’utiliser au fil du récit. Claire vient du XXe siècle, avec des méthodes et des pratiques qui ont beaucoup évoluées, et doit s’adapter à vivre différemment, tout en se montrant utile. On assiste donc à un travail d’adaptation, tandis qu’elle met à profit ses connaissances médicales et savantes pour aider les habitants du village tout en essayant de ne pas paraître pour une sorcière. Ce qui s’avère compliqué étant donné les us et coutumes écossaises, les croyances, les légendes qu’elles ne comprend pas toujours compte tenu de son époque et son côté très terre à terre. Claire est un personnage que j’ai énormément apprécié, pour ses multiples facettes, son courage et sa fidélité.

Autre aspect qui m’a envoûtée, ce sont les descriptions détaillées et très visuelles que l’auteure fait de l’Ecosse, de ses paysages. Ce pays a quelque chose d’ensorcelant, de part ses inspirations païennes, ses chasses aux sorcières, ses clans, ses légendes qui rythment la vie des habitants. On est véritablement immergé dans cette vie du XVIIIe siècle, qui peut interroger sur de nombreux aspects : les viols réguliers, la place de la femme, les batailles sanglantes, les mises à prix de meurtriers, les châtiments humains, etc. Pour autant, il y a dans ce roman une ambiance qui m’a conquise et charmée dès le départ et ce fut un véritable coup de cœur.

separateur-livre

En refermant ce roman, j’ai eu l’impression d’avoir voyagé en Ecosse au XVIIIe siècle et c’était un voyage incroyable, magique, inoubliable. L’histoire de Claire et Jamie m’a passionnée, parce qu’elle se base sur des événements historiques que je méconnaissais. L’ambiance de ce récit est envoûtante et fascinante, rendant compte du travail de recherche effectué par l’auteure. C’est un coup de cœur.

mémorable

Publicité

3 commentaires sur “Le chardon et le tartan • Diana Gabaldon

  1. Je viens depuis quelques jours de commencer la série et je dois dire que je suis également embarquée ! Du coup je ne sais pas si je lirai les livres après avoir vu la série mais ta chronique en donne l’envie en tout cas. Apparemment la série est très fidèle aux livres, et les livres eux-mêmes fidèles à l’Histoire donc ça ne m’étonne pas que tout cela soit de qualité. Ils ont vraiment su reconstituer les paysages et l’histoire de l’époque !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s