Contemporain

Va où le vent te berce • Sophie Tal Men

Après avoir lu la tétralogie de Marie-Lou et Mathieu, j’étais très heureuse de découvrir une histoire centrée sur Anna, la cousine de ce dernier. Ce fut une très belle lecture, remplie de douceur.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est resume.jpg

En intégrant une association de bénévoles à l’hôpital, Gabriel devient berceur de bébés. Anna, jeune médecin, s’apprête à mettre au monde, seule, son premier enfant. Chacun a son propre combat à mener, un fossé les sépare, et pourtant leur rencontre va tout changer. Et si, ensemble, ils apprenaient à se reconstruire ? À vaincre leurs peurs et à affronter les fantômes du passé ?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ce-que-jen-pene.jpg

Lire un roman de Sophie Tal Men, c’est assurément prendre le large en Bretagne. Parce que son récit est parsemé de petites expressions bretonnes rigolotes, de proverbes bretons, de descriptions de paysages et que cela me transporte à chaque roman que je lis. Celui-ci n’a pas fait exception à la règle ! Attachée à ses personnages, l’auteure ne s’est pas éloignée des héros de sa tétralogie originale, puisqu’on les retrouve aux côtés d’Anna, la protagoniste principale de ce nouveau récit. Expatriée en Argentine avec son compagnon, sa vie bascule du jour au lendemain et elle est contrainte de rencontrer à Brest, seule et enceinte. Une surprise pour sa famille et ses amis.

Démunis autour d’elle, ils ne savent ni comment lui parler ni comment l’aider. Il faut dire qu’elle n’a plus rien de la jeune femme spontanée, pétillante, dynamique, indépendante et joyeuse qu’elle était auparavant. Brisée, en deuil, elle peine à vivre son rôle de mère et à faire face à son chagrin, surtout que son bébé ressent sa douleur et la vit avec elle en pleurant, sans réussir à s’apaiser. C’est sans compter sur son amie Marie, qui va lui présenter de manière assez brutale Gabriel, un berceur de bébés bénévole à l’hôpital. Son salut, c’est en lui qu’elle va le trouver.

Les romans de Sophie Tal Men possèdent tous une grande force : l’authenticité de ces personnages, qui se montrent sous leur vrai jour, tels qu’ils sont, dans leurs pires défauts et dans leurs meilleurs jours. Ils sont humains, faillibles. Gabriel et Anna, tous deux brisés et en mal de confiance, à un tournant de leur vie qu’il peine à prendre parce qu’ils sont remplis de douleur, vont peu à peu s’apaiser ensemble. Je me suis vraiment attachée à Anna, que j’ai énormément aimée. C’est une femme lumineuse qu’on a envie d’aider, à qui on a envie de tendre la main. Ce nouveau roman est délicat, sensible et la plume de l’auteure demeure poétique, tendre. Cette lecture m’a fait l’effet d’une bulle de douceur.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

Les romans de Sophie Tal Men ont ce pouvoir de me transporter en Bretagne, grâce à ces descriptions de paysages, sa connaissance de la région et des expressions. Ce nouveau roman est une escapade en Bretagne, auprès de personnages lumineux, authentiques qui m’a fait le plus grand bien et m’a enfermée dans une bulle de douceur.

à découvrir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s