Feel-good book

C’était pourtant l’été • Maeve Binchy

Depuis le temps que j’avais envie de découvrir les romans de Maeve Binchy, j’ai enfin pris le temps de lire C’était pourtant l’été durant mes vacances et ce fut une très belle découverte.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est resume.jpg

Elizabeth White a dix ans lorsque, en 1940, ses parents l’envoient en Irlande, loin des bombes allemandes qui s’abattent sur Londres. Cette enfant trop sage va découvrir à Kilgarret la chaleur et la générosité du clan O’Connor, et surtout fair la connaissance d’Aisling, une fillette de son âge. À dix ans, l’amitié ne dure souvent que le temps d’un été. Pourtant, de 1940 à 1960, Aisling et Elizabeth vont tout partager : espoirs, déceptions, succès, échecs, jusqu’à l’amour…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ce-que-jen-pene.jpg

Alors que la guerre éclate et que Londres se retrouve sous la menace permanente des bombardements allemands, les parents d’Elizabeth décident de l’envoyer dans la campagne irlandaise, à Kilgarret, chez les O’Connor. Loin de l’effervescence du Blitz et du rationnement, elle va intégrer une famille au cœur d’or dont Eileen, la mère, en est à la tête et va la protéger, l’aimer et la soutenir comme si Elizabeth était sa propre fille. Elle va également y faire la connaissance d’Aisling, une petite fille de son âge, avec qui elle va rapidement sympathiser et qui deviendra au fil des années sa meilleure amie.

Le temps de la guerre, Elizabeth va vivre au rythme de la famille O’Connor et s’y intégrer comme si c’était la sienne. Cette période, dans son aspect jovial, familial et chaleureux, la marquera à jamais. Surtout lorsqu’elle devra revenir à Londres à la fin de la guerre et qu’elle découvrira que ses parents ne s’aiment plus et qu’elle devra désormais gérer l’imbroglio qu’est devenu sa famille. A ses côtés pourtant, à travers une correspondance épistolaire régulière, Aisling demeura son éternelle amie et fidèle alliée.

Les deux filles vont tout partager, durant de nombreuses années : que ce soit les secrets, les confidences, les moments de joie ou de peine, les coups durs. Elles vont se confier, s’aimer comme deux sœurs et évoluer ensemble malgré la distance qui les sépare. On les voit grandir, faire des choix, se marier, se séparer, vivre, etc. Ce roman est une très belle histoire d’amitié, de liens, de ceux qu’on ne choisit pas mais qui se tisse avec le temps. Il n’y a pas de rebondissements notoires mais simplement la vie qui s’écoule et au fil des pages, Elizabeth et Aisling deviennent comme deux amies qu’on n’a pas envie de quitter.

separateur-livre

Une belle histoire d’amitié, que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir tant les deux héroïnes sont douces, aimantes, attentionnées l’une envers l’autre. Même si aucun rebondissement notoire vient rythmer le récit, c’est un récit tout en tendresse, qui suit la vie d’Elizabeth et Aisling, ainsi que leur amitié.

2 commentaires sur “C’était pourtant l’été • Maeve Binchy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s