Historique

Les sorcières de Pendle • Stacey Halls

Depuis l’annonce de sa traduction en France, je n’étais qu’impatience à l’idée de découvrir ce roman à la couverture magnifique qui revient sur l’un des procès célèbre de sorcellerie du XVIIe siècle. Un grand merci aux éditions Michel Lafon pour me l’avoir envoyé.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est resume.jpg

Lancashire, Pendle, 1612. A 17 ans, Fleetwood Shuttleworth est enceinte pour la quatrième fois. Mais après trois fausses couches, la maîtresse du domaine de Gawthorpe Hall n’a toujours pas donné d’héritier à son mari. Lorsqu’elle croise le chemin d’Alice Gray, une jeune sage-femme qui connaît parfaitement les plantes médicinales, Fleetwood voit en elle son dernier espoir. Mais quand s’ouvre un immense procès pour sorcellerie à Pendle, tous les regards se tournent vers Alice, accusée comme tant d’autres femmes érudites, solitaires ou gênantes. Alors que le ventre de Fleetwood continue de s’arrondir, la jeune fille n’a plus qu’une obsession pour sauver sa vie et celle de son bébé : innocenter Alice. Le temps presse et trois vies sont en jeu. Etre une femme est le plus grand risque qui soit.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ce-que-jen-pene.jpg

Le procès des sorcières de Pendle est l’un des procès de sorcières les plus célèbres. En 1612, douze femmes furent accusées de sorcellerie et jugées pour le meurtre de dix individus. Une seule des douze femmes a été innocentée : Alice Gray. Cette femme sert de point de départ au récit, l’autrice ayant décidé d’y entremêler des éléments de fiction aux faits historiques. Quand Fleetwood, la maîtresse de Gawthorpe Hall et personnage principal de l’histoire, rencontre Alice, une jeune femme d’un village voisin qu’elle engage comme sage-femme, c’est pour raconter l’histoire de cette femme accusée de sorcellerie et finalement innocentée aux assises de Lancaster.

Après de nombreuses fausses couches et alors qu’elle se retrouve à nouveau enceinte, Fleetwood intercepte une lettre dans le courrier de son mari qui traduit la dangerosité de son état. En effet, selon les mots du médecin, elle ne survivrait pas à une nouvelle grossesse. Honteuse à l’idée de ne pas réussir à donner un héritier à son époux, Fleetwood va solliciter l’aide d’Alice et de ses méthodes peu conventionnelles pour l’époque, à bases de plantes et de décoctions mais qui vont peu à peu lui redonner confiance. Malgré tout, les regards de la communauté semblent condamner Alice et ses proches, l’accusant de sorcellerie et de meurtre.

Les sorcières de Pendle est un roman d’ambiance, où le suspens se nourrit du mysticisme. L’autrice aborde entre autres la thématique de la sorcellerie mais également de la véracité et de la non-liberté des croyances, de l’ambition, de la place des femmes au XVIIe siècle dans la société. C’est un récit qui bouscule parce qu’il met en lumière la manière dont les femmes étaient dénigrées à l’époque et la facilité avec laquelle les hommes pouvaient les juger pour sorcellerie ou pour d’autres méfaits sans qu’elles puissent se défendre. Il montre également le combat des femmes pour avoir accès aux sciences sans pour autant se retrouver accusée de sorcellerie. Captivant et révoltant, c’est un roman qui aura su me passionner tout au long de ma lecture.

Elles ne peuvent pas êtres jugées coupables, c’est impensable. Elles n’ont aucun témoignage extérieur. C’est la parole des unes contre celle des autres.
— D’aucuns ont fini à l’échafaud pour moins que cela. Pensez-vous qu’elles côtoient effectivement le Diable ?
J’ai pensé à la Tour de Malkin qui jaillissait de la lande comme une main surgie d’une tombe ; au souffle de ce vent inépuisable qui devait rendre fou. J’ai songé à la maison qu’habitait Alice, avec son toit déchiré sur le ciel ; l’humidité qui suintait des murs […].
— Si le Diable est la pauvreté, la faim et la détresse, alors oui, je pense qu’elles côtoient le Diable.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

Les sorcières de Pendle est un récit qui entremêle des éléments de fiction et des faits historiques à travers l’histoire scandaleuse du procès des sorcières de Pendle. Révoltant, il aborde entres autres la place de la femme dans la société, l’impossibilité pour elle d’avoir accès aux sciences, la non-liberté de croyances. C’est un roman d’ambiance, où s’imbrique suspens et mysticisme.

2 commentaires sur “Les sorcières de Pendle • Stacey Halls

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s