Bilans

2020 • Mes meilleures lectures de l’année

2020 s’est terminé depuis quelques jours maintenant et il est temps de revenir sur mes meilleures lectures, celles qui demeureront inoubliables. Il a été très difficile de faire un choix car je n’ai pas eu seulement dix coups de cœur mais je pense que cette liste représentera bien mon univers de lecture, que je remarque finalement assez peu éclectique puisque j’ai principalement lu des romans historiques et de la littérature étrangère. Mais mon top me correspond à 100% et j’espère faire d’aussi belles lectures en 2021.

N°1 : Mille soleils splendides de Khaled Hosseini

Ma chronique

Mille soleils splendides est une magnifique et très émouvante histoire d’amitié mais c’est aussi un récit intense, sur la dure réalité d’un pays : l’Afghanistan, dont l’Histoire se déroule en toile de fond, dans les affres d’une guerre et des prises de pouvoirs. L’auteur n’épargne nullement le lecteur, lui décrivant les bombes, les pleurs, le sang, l’effroi des innocents, la crainte de voir sa maison détruite à chaque tir de roquette, la famille. C’est aussi un pays dans lequel les femmes n’ont aucun droit et le destin de Mariam et Laila en est d’autant plus vibrant qu’elles ne cesseront jamais d’espérer. Poignant, inoubliable, l’auteur a parsemé son récit de sujets marquants et très forts qui n’auront eu de cesse de me mettre les larmes aux yeux : le mariage forcé, la condition des femmes, la guerre, la soumission aux hommes. C’est une de mes plus belles lectures, parce qu’elle m’aura bouleversée et marquée à jamais.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°2 : Au bonheur des filles d’Elizabeth Gilbert

Ma chronique

Ce roman, c’est avant tout une ambiance. L’ambiance new-yorkaise nocturne de fête qui rode, des bars dansants et des cocktails, des spectacles face à celle des années 40, de la guerre, des questionnements sur l’entrée dans le conflit des Etats-Unis, Pearl Harbor, l’engagement des jeunes hommes dans la Navy. Au milieu de tout cela, Vivan est un personnage inoubliable, une femme exceptionnelle. La manière dont est raconté le récit, par Vivan elle-même, donne l’impression qu’elle le retrace pour son lecteur et uniquement lui. Cette impression immersive m’a happée dès les premières pages. L’écriture est détaillée, recherchée, elle ne laisse pas de détails au hasard. Entre rêves et désillusions, nostalgie d’une époque et émancipation, ce roman est une ode à la femme.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°3 : La fabrique de poupées d’Elizabeth MacNeal

Ma chronique

C’est une véritable plongée dans le monde de l’art, de la peinture et, tout au long du récit, abondent nombreux éléments relatifs à la technique, au dessin et à la manière dont les hommes pouvaient en vivre et faire vivre leur art. Pivot de ce roman, les personnages sont nuancés et très bien construits. Ils reflètent le bien et le mal sans manichéisme et l’auteure va d’ailleurs très loin dans l’exploration psychologique de leurs personnalités, nous montrant alors de nombreuses facettes. Véritable roman d’atmosphère mais également thriller psychologique, La fabrique de poupées m’a captivée du début à la fin et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde tant la tension monte crescendo tout au long du récit. Certains passages sont merveilleux tandis que d’autres demeurent insoutenables mais c’est toute l’ambiance de ce roman ambivalent, qui dépeint une vieille époque lourde de traditions avec une héroïne moderne au souffle féministe.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°4 : Le chant du rossignol de Kristin Hannah

Ma chronique

A travers leurs choix de vie, j’ai découvert la guerre comme jamais je ne l’avais lue, dans tous ses aspects. Les plus atroces, tels que la déportation, l’Occupation allemande, les sévices, la torture, la mort, mais aussi dans tout ce qu’elle a créé entre les Hommes : la solidarité, l’entraide, le soutien, la Résistance, les réseaux. L’auteure décrit la guerre simplement, sans chercher à enjoliver les petits instants de bonheur ou dépeindre négativement les faits et la réalité. Il y a dans sont récit une grande humanité et j’ai ressenti beaucoup d’émotions contradictoires, n’arrivant pas à détester certains actes et certains choix mais au contraire, ne pouvant qu’essayer de compatir, de comprendre, de me demander ce que j’aurais fait.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°5 : Underground Railroad de Colson Whitehead

Ma chronique

Ce roman est un pur chef d’œuvre, comme j’en ai très peu lu et il ne m’a pas fallu lire énormément pour le comprendre. L’écriture est exigeante mais absolument bouleversante, brute et elle décrit avec une infinie justesse la violence, la réalité de l’esclavage. L’auteur a, en effet, pris le parti d’aborder la thématique avec un réalisme glaçant, sans romancer outre mesure les faits ou bien embellir certains aspects. C’est un roman qui nous force à regarder l’horreur en face, parce qu’il nous plonge dans une réalité effrayante, effroyable, qu’on essaie trop souvent d’occulter et cette histoire est à mon sens là pour nous rappeler qu’aucun individu ne devrait plus jamais être entravé dans sa liberté. J’ai refermé ce roman avec une boule au ventre, tout en ayant eu l’impression de lire un chef d’œuvre, d’une qualité rare.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°6 : L’infini des possibles de Lori Nelson Spielman

Ma chronique

Ce roman est indubitablement un très gros coup de cœur et je l’ai senti arriver tout doucement, tandis que l’histoire se tissait doucement, que les différentes époques s’entremêlaient et que les secrets qu’elle contient se dénouait. C’est une histoire qui cache un trésor, que le résumé ne dévoile pas et qui m’a prise par surprise, sans que je m’y attende vraiment. A travers l’histoire que Poppy raconte à Emilia et Lucy, c’est tout une histoire familiale qui se dessine sous nos yeux. Une histoire faite de drames, d’amour, de pression, de bouleversements et de mensonges, à la fois tragique et déchirante, que vont découvrir les deux cousines avec hébétude. Parce qu’on leur a caché leur histoire, parce qu’on a voulu qu’elles soient différentes. Et c’est ce que renferme aussi ce roman magnifique : les apparences ne sont pas la norme.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°7 : Une vie entre les pages de Cristina Caboni

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est couv44444004.jpg

Ma chronique

C’est un roman poétique, profond dans lequel l’auteure distille, dans un style qui m’a fascinée, son amour pour la littérature, à grand renfort de références et de citations magnifiques. Je suis tombée littéralement sous le charme de la plume de Cristina Caboni, elle a une façon d’assembler les mots qui rendent chaque phrase magique. C’est tout aussi épatant de se retrouver autant entre les lignes, parmi les descriptions consacrées à l’amour des livres, la sensibilité des lecteurs, aux pouvoirs des histoires. Plus qu’un hommage, c’est également un portrait de femmes fortes, indépendantes, libres.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°8 : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon

Ma chronique

Il y a dans ce roman une ambiance qui m’a conquise et charmée dès le départ et ce fut un véritable coup de cœur. On est véritablement immergé dans cette vie du XVIIIe siècle, qui peut interroger sur de nombreux aspects : les viols réguliers, la place de la femme, les batailles sanglantes, les mises à prix de meurtriers, les châtiments humains, etc. C’est principalement ce contexte historique qui m’a passionnée parce qu’il est riche et très détaillé. On sent derrière chaque événement, chaque dialogue politique, un travail de recherche abouti et extrêmement minutieux qui rend l’intrigue fictive encore plus crédible. Pour autant, ce n’est pas un livre d’histoire et au milieu de ce contexte passionnant, l’histoire de Claire et Jamie se tisse doucement, au milieu des conflits politiques, des divergences d’opinions et particulièrement des idées fières et indépendantes de Claire qui vont à l’encontre des coutumes écossaises et la mettront maintes fois en danger.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°9 : La villa aux étoffes d’Anne Jacobs

Ma chronique

Ce roman est une magnifique fresque familiale, presque impossible à résumer, dans laquelle on alterne entre la vision des domestiques qui se font presque invisibles parmi les couloirs et les différentes pièces mais demeurent toujours avisé quant à servir le plus fidèlement leurs maîtres malgré leurs avis souvent tranchés, et celle des habitants de la maison dont les codes sociaux de l’époque dictent leur conduite. L’autrice prend le temps de poser le contexte historique et social, de présenter les décors et les différents personnages avant d’entremêler dans son récit de la romance et des secrets de famille.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

N°10 : Le vent nous portera de Jojo Moyes

Ma chronique

J’ai découvert à travers l’histoire de Margery et Alice l’initiative des bibliothèques itinérantes, qui se sont créées sous l’impulsion d’Eleanor Roosevelt, et ont permis à de nombreuses familles vivant dans des coins reculés des Etats-Unis d’accéder à l’éducation grâce aux livres que leur apportaient les bibliothécaires. L’auteure a réussi à créer des personnages attachants et les six héroïnes qui composent la bibliothèque m’ont semblé fantastiques. Année après année, on suit leur évolution et leur vie dans les montagnes, tandis qu’elles parcourent des kilomètres chaque jour pour effectuer leurs tournées. Je suis tombée totalement sous le charme de ce roman, qui dresse le portrait de six femmes volontaires, brillantes, inspirantes et magnifiques. Cette bibliothèque et l’hommage que l’auteure lui rend est une bouffée de liberté, permettant à ces femmes de se libérer du joug masculin de l’époque et de s’émanciper des mœurs de l’époque. C’est une histoire magnifique, que je ne suis pas près d’oublier.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

Et vous, quelles ont été vos meilleures lectures de 2020 ?

2 commentaires sur “2020 • Mes meilleures lectures de l’année

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s