Saga historique & familiale

Les filles de la villa aux étoffes • Anne Jacobs

Cet automne, j’ai découvert le premier tome de cette saga (La villa aux étoffes) pour laquelle j’ai eu un gros coup de cœur. Je me suis empressée de découvrir à la suite le deuxième tome, en sachant que le troisième est à paraître fin janvier.

Augsbourg 1916. La villa aux étoffes est devenue un hôpital où les femmes de la famille aident les blessés. Marie est à présent mariée à Paul Melzer et gère l’usine de tissus. Mais lorsque ce dernier est fait prisonnier de guerre, l’avenir devient plus qu’incertain. L’élégant Ernst von Klippstein fait son apparition pour venir en aide à la jeune femme qui tient entre ses mains le destin des Melzer. De nouveaux drames attendent la famille en cette période de guerre et de doute.

Après un premier tome coup de cœur, j’espérais retrouver tout ce que j’avais aimé dans ce deuxième tome. Les débuts ont été plus difficiles mais j’ai finalement été très rapidement embarquée. On retrouve les mêmes personnages, les trois enfants Melzer sont désormais mariés et Kitty ainsi que Marie attendent chacune un enfant. On va suivre leur vie de couple, leur quotidien à la villa et à l’usine, alors que la première guerre mondiale a débuté en Europe, jusqu’au départ de Paul, appelé sous les drapeaux. C’est assez étrange de suivre ce conflit d’un point de vue allemand quand on nous en a tellement parlé à l’école, d’un point de vue français. Je n’avais jamais lu de roman sur cette guerre de cet éclairage-ci.

Si l’on ne suit pas Paul dans les combats, c’est pour se concentrer sur les événements qui vont bousculer la villa des Melzer et notamment l’engagement d’Elizabeth dans ce conflit, en décidant d’installer un hôpital de campagne au sein même du manoir. Par ce biais, elle va être davantage mise en avant et alors que j’avais trouvé son personnage si effacé et parfois presque méchant dans le premier volet, elle m’a semblée bien différente dans celui-ci. Je l’ai bien davantage appréciée, on sent les valeurs d’émancipation, de modernité et de liberté qui l’animent.

Marie est également de ces personnages qui suivent une belle évolution. Elle va épauler son beau-père, prenant la suite des décisions de Paul, parti à la guerre, à l’usine. Eveillée de la même trempe qu’Elizabeth, elle n’aura de cesse de chercher des solutions pour éviter la faillite de l’entreprise. La force de ce personnage n’a de cesse de m’impressionner et je pense qu’elle peut encore surprendre dans le troisième tome. Seul bémol de mon point de vue, c’est le personnage de Kitty, qui m’a moins charmée dans ce volet. Pour autant, les trois sœurs demeurent un trio soudé et solidaire, courageuses et inspirantes.

Le contexte historique, gros point fort de cette saga, continue de me passionner. L’autrice n’en oublie pas les domestiques et leur fait la part belle, continuant à étirer leur récit et dénouant les petites histoires qu’ils créent. Ce deuxième tome m’aura quand même énormément plu, même si pour l’instant, ma préférence va au premier.

Le deuxième volet de cette saga démarre quelques mois après le début de la première guerre mondiale et tandis que la plupart des hommes ont déjà été appelé, c’est au tour de Paul de quitter la villa. Le récit se concentre alors, au cœur de ce contexte historique, sur les engagements d’Elizabeth, Marie ou encore Kitty, qui vont œuvrer et se battre chacune à leur façon. Ce fut une lecture captivante, encore une fois et il me tarde de découvrir le troisième tome de cette saga !

2 commentaires sur “Les filles de la villa aux étoffes • Anne Jacobs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s