Contemporain

La maison aux miroirs • Cristina Caboni

Une vie entre les pages demeure l’une de mes plus belles découvertes de 2020 et incontestablement l’un de mes romans favoris. J’étais donc impatiente de découvrir la nouvelle parution de l’autrice et je remercie les éditions Presses de la Cité pour cet envoi.

La maison aux miroirs, une grande villa de Positano, est le seul endroit où Milena, comédienne, se sent vraiment chez elle. C’est là qu’elle a grandi avec son grand-père Michele. Elle en connaît tous les recoins, à commencer par la majestueuse entrée ornée de glaces qui lui vaut son nom. Mais un jour, pendant l’une de ses visites au vieil homme, des ouvriers retrouvent un squelette sur la propriété. La police ouvre aussitôt une enquête. Michele, malade, semble particulièrement bouleversé par cet événement. Au gré de ses délires surgit un nom : celui d’Eva, sa femme, disparue des années plus tôt. En quête de réponses, Milena va tenter de percer le mystère qui entoure l’identité de la victime. Pourrait-elle être sa grand-mère, dont elle ignore tout ? Pourquoi Eva, l’Américaine, est-elle partie subitement en abandonnant mari et enfant ? Un voyage dans le temps et dans l’histoire qui nous plonge dans l’âge d’or du cinéma italien, sur les traces d’une vérité indispensable à Milena pour comprendre son passé et embrasser le présent.

Ce bonheur simple de retrouver la plume d’une autrice qu’on a aimé profondément est sans conteste l’un de mes préférés. Cristina Caboni m’a offert l’année passée un coup de cœur qui demeure à jamais dans les nombreux tiroirs de mon cœur. J’ai retrouvé dans cette nouvelle parution tous les éléments qui m’avait fait tomber sous le charme, notamment le voyage qu’elle nous offre en seulement qu’en quelques lignes.

Direction l’Italie et la côte amalfitaine, la ville de Positano où toutes les nuances de bleu se mélangent et forment un ensemble fascinant. On découvre Milena, un personnage qui n’a pas eu une enfance facile, orpheline de mère très tôt et confiée à son grand-père où elle a passé quelques années merveilleuses dans sa villa sur les hauteurs, la maison aux miroirs. Une maison que j’ai aussitôt imaginée, que j’ai eu envie de visiter tant les descriptions ont sublimé mon imagination et l’ont rendu encore plus belle que ce que la couverture m’avait laissé entrevoir.

Lorsque Milena, en visite chez son grand-père, assiste à la découverte des restes d’un corps sur sa propriété, elle se rend compte qu’elle est loin de connaître les tenants et les aboutissants de son histoire familiale… Une histoire familiale qui m’a étonnée et agréablement surprise, dans laquelle on se retrouve aussitôt plongé et qui nous embarque au cœur de la guerre froide, dans le monde du cinéma italien. J’ai été complètement transportée par ce récit, dont j’étais loin d’imaginer la portée et l’histoire ni que l’autrice nous réservait une intrigue aussi ficelée et minutieuse. Ce fut un excellent moment de lecture !

Que ce soit les décors et cette fabuleuse maison aux miroirs, l’ambiance italienne, l’intrigue révélée doucement, j’ai tout aimé dans cette histoire. L’autrice entremêle le poids des secrets, une histoire familiale lourde de mensonges et de trahisons qui m’a captivée du début à la fin, transformant ce roman en un véritable page-turner que j’ai eu beaucoup de mal à poser une fois commencé.

2 commentaires sur “La maison aux miroirs • Cristina Caboni

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s