Bande-dessinée - contemporain

Sombres citrouilles • Malika Ferdjoukh et Nicolas Pitz

Je m’étais achetée cette bande-dessinée en prévision du Pumpkin Autumn Challenge et du week-end d’Halloween, car j’aime allier lectures et saisons. Malheureusement, ce fut une amère déception…

Aujourd’hui, 31 octobre, trois générations de Coudrier sont réunies à la Collinière, la grande demeure familiale entourée de forêts et d’étangs, pour fêter, comme chaque année, l’anniversaire de Papigrand, le patriarche. Comme c’est aussi Halloween, Mamigrand a envoyé les petits chercher des citrouilles au potager pour les voisins américains. Mais dans le carré de cucurbitacées encore enveloppé des brumes de l’aube, il y a comme un pépin. Un homme étendu de tout son long, plein de taches rouges, silencieux. Mort. A première vue, personne ne le connaît. L’affaire pourrait donc n’être pas si grave que ça. Le problème, c’est que dans la famille, il y a au moins trois mobiles criminels possibles. Donc trois assassins potentiels. Sans compter tous les secrets qu’on n’a pas encore découverts…

Des graphismes qui appellent l’automne

Ce sont les superbes planches automnales qui m’ont séduite et les graphismes tout en rondeurs, lisses et chatoyants. Certaines doubles pages sont absolument magnifiques et invitent à se plonger dans la campagne baignée de lumière, au cœur de laquelle la nature change et les arbres perdent leurs feuilles. C’est une bande dessinée faite pour cette saison et plus particulièrement à lire le 31 octobre puisque l’intrigue s’y déroule…

Des secrets de famille, une ambiance pesante

A l’occasion de l’anniversaire de Papigrand, toute la famille décide de se réunir chaque année à La Collinière, le manoir familial dans lequel les aînés vivent encore. Cette fête est un prétexte pour se retrouver, au cœur de cette famille recomposée/décomposée, menée à la baguette par Mamigrand, une femme stricte qui n’a pas la langue dans sa poche. De cette femme qui mène tout le monde et particulièrement les événements, à la baguette, en découle les différents personnages.

S’ils ne sont pas forcément présentés individuellement, on finit par deviner au fil des pages les liens de parenté entre chacun des enfants. Il n’y a d’ailleurs pour certains pas de liens et c’est toute la difficulté de cette famille qui garde en lien le poids des secrets et des années. Alors quand un cadavre est découvert par les enfants et se retrouve coincé dans le placard à balai de la demeure, les non-dits sont sur le point d’éclater…

Une histoire qui m’a finalement peu convaincue…

C’est une bande dessinée aux airs de thriller, dont l’intrigue se tisse autour de cette famille où le paraître est important, où les apparences sont primordiales mais fortement trompeuses au regard des secrets enfouis profondément. Presque hypocrite, cette réunion de famille va faire l’objet d’un théâtre et m’a finalement très peu convaincue. J’ai trouvé l’histoire brouillonne, les changements de points de vue entre les différents narrateurs m’ont perdue. Je garde cependant en mémoire les sublimes illustrations.

J’ai été séduite par les graphismes de Nicolas Pitz dès les premières pages, ayant la sensation de me plonger au cœur de l’automne et sa si belle nature. C’est malheureusement le seul aspect positif que j’ai à dire sur cette bande-dessinée, dont l’intrigue ne m’a absolument pas convaincue, me perdant entre les liens familiaux des personnages, leurs points de vue et une histoire trop brouillonne à mon goût…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s