Jeunesse

L’affaire des fées de Cottingley • Natacha Henry

J’avais repéré ce roman à sa sortie en août 2020 et je l’avais aussitôt ajouté à ma pile à lire du Pumpkin Autumn Challenge mais il n’a malheureusement pas été lu… Alors j’ai réitéré cette année et je lui ai accordé un petit de temps.

Le roman, inspiré de faits réels, se déroule durant l’été 1917 en Angleterre, à Cottingley. Elsie, 16 ans, s’occupe de sa cousine Frances, 9 ans, venue vivre chez elle avec sa mère, le temps que la guerre se termine. Un jour, réprimandées après une promenade, les cousines inventent une excuse : elles ont vu des fées près du ruisseau ! Pour le prouver, Elsie, passionnée de photographie, prend en photo Frances posant devant des fées en carton. Le truquage est si réussi que leurs mères, émerveillées, les croient. Elles décident de prendre une autre photo…

1917, dans un petit village nommé Cottingley

L’affaire des fées de Cottingley est une histoire inspirée de faits réels et de personnages réels, ayant pour contexte historique la Première Guerre Mondiale. Tandis que son oncle est sur le front, Elsie et ses parents accueille chez eux sa tante et sa cousine, Frances. Pour passer le temps, elles se promènent et tentent de garder leurs esprits éloignés des nouvelles dramatiques provenant du front. Jusqu’au jour où, invoquant devant leurs parents l’idée qu’elles ont rencontrés des fées au bord de la rivière, elles révèle un petit mensonge sans penser aux proportions inattendues que celui-ci va prendre…

Mensonge ou réalité ?

L’histoire de cette rencontre entre deux adolescentes et des fées s’articule autour des notions de photographies, les jeunes filles ayant du prendre en photo (et donc redoubler d’ingéniosité pour créer des fées !) les fameuses créatures fantastiques afin de prouver que leur découverte n’était pas un mensonge. C’est un sujet qui a donné lieu à de nombreux débats entre les scientifiques et les experts photographiques, nul n’ayant jamais réussi à remettre en cause la véracité des propos d’Elise et Frances.

Mythes et légendes féériques pour tromper le quotidien

Au-delà du canular des deux adolescentes, ce récit nous montre à quel point le besoin de s’évader dans des histoires merveilleuses a été important dans ce contexte de guerre. C’est pour tromper le quotidien et éviter que Frances ne pense à son père, en première ligne sur le front, que les adolescentes ont décidé d’alimenter leur premier mensonge. La magie et la féérie ne sont-elles pas deux outils magnifiques pour panser l’esprit rendu douloureux ?

Un court récit qui nous plonge dans un contexte de guerre mais également au cœur d’une histoire féérique, où deux adolescentes, pour tromper le quotidien, ont pu danser avec des fées au bord de la rivière. Fait magique ou mensonge de petite fille ? Un mystère inspiré de faits réels, raconté ici avec douceur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s