Bande-dessinée - biographique·Bande-dessinée - historique

Nellie Bly, dans l’antre de la folie • Virginie Ollagnier et Carole

Je m’étais achetée cette bande dessinée il y a quelques temps, à sa sortie, et j’ai enfin pris le temps de la découvrir cette semaine !

Pour mener son enquête, elle se fera passer pour folle. Nellie Bly est complètement folle. Sans cesse, elle répète vouloir retrouver ses « troncs ». Personne n’arrive à saisir le sens de ses propos, car en réalité, tout cela n’est qu’une vaste supercherie. Nellie cherche à se faire interner dans l’asile psychiatrique de Blackwell à New York dans le but d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes. Y parvenant avec une facilité déconcertante, elle découvre un univers glacial, sadique et misogyne, où ne pas parfaitement remplir le rôle assigné aux femmes leur suffit à être désignée comme aliénée.

Femme et journalise d’investigation

Si c’est en grande partie grâce au roman de Laurence Peyrin, Après l’océan, que j’ai eu envie de m’intéresser à Nellie Bly, j’avais déjà entendu parler de ses recherches et notamment de son internement au sein de l’asile psychiatrique Blakwell’s Island Hospital à Roosevelt Island. Un hôpital où étaient envoyées des femmes sans aucun lien avec la folie dont elles étaient soi-disant atteinte. Recrutée pour le journal New-York World de Joseph Pulitzer, elle doit écrire un article sur un asile de fous pour mal. Sans mal, Nellie Bly réussit à faire croire à de nombreux médecins qu’elle était guettée par la folie et s’y retrouvera enfermée en 1887 pendant dix jours. Les deux autrices illustratrices nous plongent dans le quotidien de cet asile, au cœur même de la misogynie, du sexisme et des traitement violents et cruels de médecins pourtant diplômés.

Une bande dessinée qui nous plonge dans l’horreur

C’est ce qui est à la fois révoltant et choquant. Cet asile était habité par des mères abandonnées par leurs fils mais encore des femmes abandonnées par leur fiancé. Et si pour quelques-unes, elles étaient arrivées saines d’esprit, les traitements infligés, les humiliations, les coups, les bains d’eau glacée mais aussi les médicaments, et plus particulièrement le laudanum, auront raison de leur esprit… Le reportage de Nellie Bly fera la une de la presse mais aussi scandale, dévoilant des conditions de traitement épouvantables et de la détention sans raison valable. Cette bande dessinée ne peut qu’interpeller, de par son sujet mais aussi par la violence et le mépris à l’égard des femmes ; le récit est enrobé des graphismes tout en rondeurs de Carole Maurel, qui me transportent à chaque fois que je les découvre.

Nellie Bly, journaliste d’investigation, va se faire interner dans un asile psychiatrique afin de réaliser un reportage, dévoilant des conditions de traitement déplorables et épouvantables mais également la misogynie des médecins et les humiliations des infirmières. Une bande dessinée révoltante, qui interpelle et choque. A lire !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s