Bande-dessinée - contemporain

La remplaçante • Mathou et Sophie Adriansen

Chacune des parutions de Mathou est un bonheur pour moi, tant j’aime sa délicatesse et la façon dont elle s’empare de sujets sociétaux et importants. Je ne pouvais donc pas passer à côté de La remplaçante, dont le scenario est signé Sophie Adriansen.

Marketa et Clovis, amoureux fous, attendent un bébé. Mais l’accouchement signe la fin du conte de fées. La naissance de Zoé ne s’est pas passée comme Marketa l’imaginait, et l’instinct maternel tarde à se manifester. Tandis qu’elle ne reconnaît plus son corps, Marketa se sent perdre pied face à ce bébé si vulnérable dont elle a désormais la responsabilité. Réussira-t-elle à se sentir mère ? à aimer son bébé ? à cesser de penser qu’une remplaçante ferait mieux qu’elle ?

Là où le bonheur se pose…

Cette bande-dessinée ne fait pas de suspens quant à son sujet : la maternité et le post-partum dans sa plus simple justesse. Des thématiques qu’on voit de plus en plus souvent apparaître dans la littérature et à juste titre car bien trop souvent restées intouchables ou ignorées. Le duo d’autrices/illustratrices nous emmène à la rencontre de Marketa et Clovis, en couple depuis plusieurs années lorsque Marketa tombe enceinte. Pour les futurs parents, cette nouvelle est synonyme d’un très grand bonheur mais la réalité se trouve être très différente. Sans tabou, Mathou et Sophie Adriansen vont aborder les douleurs et les souffrances de la jeune femme ainsi que le long processus par laquelle elle va passer lors de sa grossesse et, par la suite, dans son vécu du post-partum.

Une bande-dessinée juste et sans tabou

Car au-delà du bonheur, ce sont aussi des mois de douleurs liées aux contractions de Braxton Hicks, la fatigue, les doutes, les peurs et les hormones qui entraînent chez Marketa des émotions à fleur de peau. En soulignant par la suite les réalités du post-partum, La remplaçante met en lumière le peu de soutien que peuvent recevoir les jeunes mamans ou à l’inverse la vague de conseils, souvent perçue comme du soutien de la part de l’entourage, qui ne fait qu’accentuer le malaise, la frustration et les doutes. Finalement, après la naissance, c’est comment un bébé peut soudainement invisibiliser tous les ressentis et les souffrances d’une maman en chute d’hormones, qui rentre chez elle pour tâtonner dans son nouveau rôle, que l’on découvre au fil des planches. Sans être mélodramatique ni larmoyant, Mathou et Sophie Adriansen viennent poser avec réalisme et sensibilité des mots sur cette thématique, libérant la parole à travers ce sujet sociétal.

Une bande dessinée qui aborde une thématique sociétale importante, souvent taboue, avec une extrême justesse. Le duo d’autrices/illustratrices libère la parole en nous offrant le parcours de Marketa, jeune maman qui va découvrir que derrière la maternité se cache certes un grand bonheur mais un long chemin rempli de doutes et de peurs.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s