Quand on n’a que l’humour ♦ Amélie Antoine

18870430_884317421709191_835968870_o.jpg

Je n’ai jamais lu de roman d’Amélie Antoine mais en voyant son nom parmi les auteurs présents à St Maur en Poche, j’ai eu envie de la découvrir rapidement et les nombreux avis élogieux sur sa plume ont fusé en même temps que ma curiosité. Je remercie les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman.

C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter. Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment. Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage. C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent. Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension. Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer. C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Quand on débute un roman qui a marqué d’autres personnes avant nous, on est en droit de se demander si cela va nous faire le même effet. L’histoire a deux voix que nous raconte l’auteure est forte, intense et très intime. Elle réussit à mettre en abyme deux relations, d’abord celle d’Edouard et Lucien puis celle d’Edouard et Arthur, toujours en maniant le lien père/fils.

Deux parties vont clairement se détacher du roman. La première nous permet de découvrir Edouard en tant que petit garçon réservé. Si son enfance se dessine au travers des souvenirs qu’il nous livre, c’est pour mieux nous montrer la difficulté de vivre en compagnie d’un père colérique, alcoolique, ne supportant ni le silence ni le bruit. Edouard va donc grandir entre silence et culpabilité, tout en essayant de faire rire et sourire son jeune frère Jonathan, victime d’un accident. On rencontre également l’homme brisé, celui qui a un fils mais ne sait comment communiquer avec lui, celui qui a abandonné tout espoir concernant l’amour de sa vie. Puis vient la seconde partie, brutale et poignante dans laquelle est présenté Arthur, le fils d’Edouard, qui a dû vivre chaque jour avec ce père différent et qui en a souffert.

C’est rare que je lise des romans dont les protagonistes sont des personnages masculins et si cela aurait pu me gêner, il n’en est rien. Edouard et Arthur sont attachants, on ressent une grande empathie pour les deux même si, le fait d’avoir leur deux points de vue dans deux parties différentes peut donner envie de prendre parti pour l’un ou l’autre. L’auteure creuse la complexité du lien familial, de la relation père/fils et grâce à une plume parfois douce, parfois pince-sans-rire, elle nous permet de nous sentir concerné par la souffrance de ses personnages et de nous questionner sur la difficulté d’être père et d’être fils.

A travers la quête qu’Edouard lance à Arthur, ce dernier va découvrir une image de son père qu’il est loin d’imaginer. Amélie Antoine amène la problématique des apparences et de la difficulté d’exprimer ses sentiments. La souffrance des deux hommes est palpable mais chacun s’emmure dans leur rancune, dans leur amertume. Ce roman nous amène de surprises en surprises et fait réfléchir sur les thématiques de pardon, de culpabilité mais aussi sur le passé qui rattrape le temps, qui nous rattrape. Le travail d’introspection de l’auteure sur ces personnages nous fait découvrir des hommes sincères, absolument pas parfaits mais travaillés avec justesse et c’est un plaisir de dérouler les fils de leur vie.

 

 

Un très beau roman fort, marquant sur la complexité d’être père et également celle d’être fils. On peut s’aimer mais ne pas savoir comment le dire. Amélie Antoine a fait un travail remarquable autour de ces personnages, autour de leur relation qui peut se nouer et de dénouer au fils des années et des différences. Elle nous amène à nous questionner sur les apparences, le pardon et l’amour et c’est une belle réussite.

 

 

Publicités

3 commentaires sur « Quand on n’a que l’humour ♦ Amélie Antoine »

  1. Je suis totalement de ton avis, ce roman est très bien amené et j’ai aimé la profondeur qu’apporte Amélie Antoine aux relations père-fils, de la manière dont elles sont exposées. Hâte d’avoir ton avis sur Fidèle au poste, maintenant ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s