La lecture et moi

Mes habitudes de lecture • La liseuse numérique

La liseuse numérique a petit à petit révolutionné le marché du livre et il n’est plus rare d’en voir dans les enseignes libraires mais également au main de beaucoup de gens, dans le métro ou les transports en commun. Ma première expérience remonte à 2015 et je vous offre aujourd’hui mon retour sur cet outil indispensable à mes yeux.

separateur-livre

Première utilisation : la Kindle 2015

Il y a quatre ans maintenant que j’ai découvert l’utilisation des liseuses numériques, grâce à mon chéri, qui m’avait offert pour mon anniversaire, en 2015, l’une des premières versions de la Kindle. A l’époque, elle ne possédait ni rétroéclairage lumineux, ni écran lisse, ni résistance à l’eau, ni design ergonomique mais un écran sans reflets, 4 Go de stockage et un accès Wi-Fi.

Ce qui, à ce moment-là, me suffisait largement pour l’utilisation que j’en faisais parce qu’il est vrai qu’elle était très souvent au fond de mon tiroir… Au quotidien, je n’en avais pas l’utilité que je peux avoir aujourd’hui. Je la sortais de mon bureau pour les vacances, les voyages ou les longs déplacements en train mais aussitôt rentrée chez moi, je la délaissais.

Un an après l’avoir eu, elle est malheureusement tombée en panne. L’écran s’est un jour figé et je n’ai plus réussi à le décoincé. Après de nombreuses recherches et mails envoyé à Amazon, ils n’ont rien pu faire pour me remplacer/me réparer ma liseuse et j’ai pris conscience que ce format numérique, que j’avais petit à petit apprivoisé, avait bien plus d’importance que je ne pensais dans mon quotidien.

separateur-livre

La Kobo Aura Édition 2

En 2016, je me suis donc achetée la Kobo Aura édition 2, passant alors de la plateforme Amazon à la Fnac. C’est aujourd’hui un vieux modèle, en rupture de stock, qui ne sera certainement plus réédité car il y a des modèles bien plus performants qui ont vu le jour depuis, mais il y a trois ans, c’était un des meilleurs du marché.

44407422_247626419245187_3886377539483992064_n.jpg

La principale nouveauté qui a changé, par rapport à mon utilisation de la Kindle 2015, c’est l’écran rétroéclairé. Les liseuses Kobo possède un mode ComfortLight entièrement réglable, qui s’ajuste même en fonction de la luminosité de la pièce dans laquelle vous lisez, ce qui a été révolutionnaire pour moi. Autre grand changement pour moi, la possibilité de modifier la police de caractère (jusqu’à 11 polices !) et de choisir la taille de police, de régler les marges et les interlignes.

separateur-livre

Lire au quotidien

Aujourd’hui, je ne pourrais tout simplement plus me passer de ma liseuse ! Elle m’est aussi indispensable qu’un livre papier et je fais partie des personnes qui croient entièrement à la complémentarité des deux formats. Elle est toujours dans mon sac à main et c’est un bonheur pour moi de savoir que, partout où je vais, j’ai ma lecture en cours à portée de main, sans forcément me rajouter du poids supplémentaire.

Il faut savoir que je lis principalement des livres en grand format, ce qui n’est pas toujours léger ou facilement transportable dans un sac à main. En voyage, en déplacement ou pendant les vacances, elle m’est également d’une immense utilité car, bien que choisissant quelques livres de poche à emporter, je transporte avec moi dans ma liseuse une petite partie de ma bibliothèque et ainsi, je ne me retrouve jamais à court de lecture.

62053051_460091838101432_3410145544159363072_n.jpg

Ce qui a changé mon rapport à la lecture, c’est l’écran rétroéclairé. Même sans avoir des problèmes de vue (une légère myopie corrigée qui ne m’handicape pas le quotidien), j’ai beaucoup de mal à lire le soir dans mon lit. Je m’endormais systématiquement sur ma lecture et impossible de veiller avec mon livre. Je suis d’ailleurs plus productive le matin et je préfère me lever plus tôt pour profiter de quelques minutes de lecture. La lecture numérique a modifié pour moi ces habitudes car le mode ComfortLight de ma Kobo me permet de lire le soir, plus longtemps, sans me fatiguer (pas de lumière bleu, écran lisse et pas de reflets).

La liseuse ne m’empêche pas d’acheter des livres papiers, son utilisation ne remplacera d’ailleurs jamais l’utilisation que j’en ai et mon amour pour le papier. Pour autant, elle accompagne mon quotidien et a considérablement amélioré mon rapport à la lecture. Fouiner en librairie reste un de mes plus grands plaisir et, pour tout avouer, il m’est déjà arrivé d’acheter un livre au format papier que j’avais lu et adoré en livre numérique.

separateur-livre

J’espère que cet article vous aura plu, il correspond à mon ressenti et n’est nullement influencé. N’hésitez pas à me partager votre propre expérience avec les liseuses !

48275685_202592040621119_9049993900856442880_n.jpg

3 commentaires sur “Mes habitudes de lecture • La liseuse numérique

  1. Oh c’est super intéressant. Je n’ai jamais encore testé et je dois avouer que je suis un peu dubitative.. j’ai quelques livres sur mon téléphone et c’est vraiment trop petit. J’ai peur que ce soit le cas aussi pour une liseuse (même si je me doute que ce n’est pas le cas aha). A voir ! Et par curiosité quels sont les prix d’une liseuse ? 💛

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s