Contemporain

La perle et la coquille • Nadia Hashimi

27710682_1013030058837926_121363105_o

J’ai acheté ce roman lors de sa sortie poche, il y a maintenant deux ans, sans oser me lancer dans sa lecture car je savais d’ores et déjà qu’elle serait à la fois magnifique et bouleversante. Ce fut un véritable coup de cœur et je remercie Stéphanie de m’avoir accompagnée dans cette lecture.

RESUME-01 - Copie

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses sœurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

CE QUE JEN PENSE-01-01 - Copie

Lire et découvrir des destins de femmes fortes, inspirantes n’a jamais été autant dans mes envies pour cette année. Concernée par le combat des femmes dans les différents pays, ma rencontre avec Nadia Hashimi marque un véritable tournant dans ma vie de lectrice. Sa volonté d’éveiller les consciences concernant les réalités et les conditions de vie des femmes en Afghanistan est noble et m’a énormément touchée. En entremêlant les destins de Shekiba et Rahima, elle va nous faire plonger dans le quotidien des femmes dans ce pays.

Mon père veut nous marier de force. Un frisson d’effroi parcourut ma colonne à cette idée. Je compris ce que ma mère savait déjà. Les hommes pouvaient faire ce qu’ils voulaient des femmes.

Rahima est encore une jeune fille lorsqu’elle est mariée de force à un seigneur de guerre. C’est grâce aux histories que sa tante Shaima concernant sa bibi Shekiba qu’elle va puiser peu à peu la force et le courage. Car les deux femmes ont une chose en commun : elles ont toutes les deux été des bacha posh. Tradition afghane qui consiste à transformer une fille en garçon jusqu’à la puberté, cela peut également être vécu comme un traumatisme pour certaines au moment de retrouver leur corps de femme. Pour autant, Shekiba et Rahima sauront, tout au long de leur vie, tirer profit de cette expérience qui leur aura permis de toucher la liberté dont elles n’auraient jamais joui en tant que femme. Ces deux personnalités inspirantes sont absolument merveilleuses et ce sont deux femmes sur lesquelles on a aussitôt envie de prendre exemple, deux femmes qui m’ont émue. J’ai eu envie, à plusieurs reprises, de me battre avec elle ; j’ai pleuré avec elles, partagé leurs souffrances.

Je suppose que nous portons tous en nous le destin de nos ancêtres.

Leur désir d’émancipation, de liberté, n’aura de cesse de leur insuffler de l’ambition et de l’espoir. Un espoir qu’il est important de garder face aux conditions de vie qui perdurent. Dans certains pays, la naissance d’une fille est souvent considérée comme une malédiction, un déshonneur pour la famille. Seul un fils peut combler les attentes d’un mari et faire d’une épouse une bonne épouse. En dehors, violence, abus et mépris sont réservés aux femmes qui ne marchent pas dans le droit chemin.

L’auteure va également plaider tout au long de son roman pour l’éducation des femmes et s’attache à monter à quel point la vie dans la campagne afghane est différente de celle qu’elles peuvent vivre à la ville ou la capitale. La différence de traitement est assez significative et représentative des nombreuses traditions qui continuent de régir les mariages et le quotidien des familles. Des termes précis expliquent d’ailleurs ces coutumes, immergeant ainsi le lecteur au plus profond de la culture afghane. Une culture très riche que j’ai découvert avec curiosité et plaisir.

SEPARATEUR-01

Ce roman m’aura profondément marqué, de part les destins de Shekiba et Rahima mais aussi par la richesse du récit que l’auteure nous livre, plaidant la cause des femmes dans un pays où elles n’ont que peu de place et d’espace de liberté. La tradition des bacha posh est travaillé avec justesse et permet d’ouvrir sur la volonté d’émancipation des femmes.

COUP DE COEUR-01 - Copie

17 commentaires sur “La perle et la coquille • Nadia Hashimi

  1. Avant de lire ce roman en 2017, j’avais de l’appréhension vis-à-vis de ce livre.
    J’ai tout de même décidé de le lire fin 2017 et j’ai absolument adoré ! Ma meilleure lecture de 2017, en réalité ❤️️
    C’est magnifique et bouleversant comme lecture !
    J’ai plus que hâte de lire d’autres livres de l’auteure car, en effet, je compte absolument lire tous les livres de Nadia Hashimi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s