Historique

La chorale des dames de Chilbury • Jennifer Ryan

49698503_284438382268343_4300505978450739200_n.jpg

J’ai ce roman depuis sa sortie l’hiver dernier et il me tardait de pouvoir enfin le découvrir. J’ai profité des fêtes de fin d’année pour me plonger dedans et ce fut une excellente décision car j’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie des dames de Chilbury.

Résumé-01

Angleterre, début de la Seconde Guerre mondiale. Primrose Trente, récemment arrivée à Chilbury, invite les femmes du village à transgresser le décret du pasteur fermant la chorale en l’absence d’hommes. Le groupe réunit une veuve inquiète pour son fils, la plus belle fille des environs, sa petite sœur, une réfugiée juive et une sage-femme louche. Elles résistent au malheur par le chant.

Ce que j'en pense-01

Comparé au Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, roman qui avait été un très gros coup de cœur pour moi l’année dernière, je ne pouvais pas passer à côté de cette histoire. S’il est vrai qu’ils se partagent de nombreux points communs, ils n’en demeurent pas pourtant assez différents. L’aspect épistolaire les réunit, mais alors que Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates se déroule après la guerre et que les lettres des habitants font des allers/retours temporels pour raconter leur quotidien durant les années d’Occupation, La chorale des dames de Chilbury nous plonge dans un petit village au cœur de la Seconde Guerre Mondiale.

En effet, l’histoire démarre en 1940, alors que les prémices de la guerre viennent ternir l’image champêtre de Chilbury. Les hommes sont partis, laissant les femmes aux commandes, qui doivent donc faire preuve de solidarité. Elles sont d’ailleurs à l’honneur dans ce roman. A travers des lettres, des extraits de journaux intimes, on découvre le quotidien des habitants sous les bombardements, le rationnement et l’existence de cette chorale qui va être le fil conducteur de cette histoire, liant les femmes du village entres elles.

Jonglant entre un ton léger pour évoquer la vie de Chilbury, les amourettes et les différents potins et un ton plus grave pour parler de la guerre, l’auteure sait manier les mots et véhicule des valeurs d’entraide, de soutien, de loyauté et de générosité. On découvre des portraits de femmes ordinaires, courageuses qui vont s’affirmer grâce à l’importance donnée à la chorale. Même s’il n’y a pas toujours énormément d’actions, c’est un roman rempli de tendresse, de douceur et d’amour, dans lequel on se sent bien une fois qu’on s’est imprégné des histoires de chaque personnage.

Séprateur-01

Sous forme épistolaire, La chorale des dames de Chilbury nous livre des portraits de femmes pendant la guerre et le quotidien d’un village, de ses habitants, ses secrets. Le ton est léger, pourtant des sujets plus graves sont abordées : les bombardements, la perte d’êtres chers, la guerre. Une très bonne lecture dans laquelle on se sent bien.

Très bonne lecture-01

3 commentaires sur “La chorale des dames de Chilbury • Jennifer Ryan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s