Historique·Policier

Les veuves de Malabar Hill • Sujata Massey

C’est un des romans de ce début d’année que j’avais le plus envie de découvrir car depuis quelques mois, je me m’intéresse énormément à la culture indienne et à son Histoire. Ce qui était le sujet principal de ce roman, puisqu’il met en scène une femme librement inspirée de la première femme avocate de Bombay dans les années 20. Ce fut une excellente lecture !

résumé

Bombay, 1921. Perveen Mistry travaille dans le cabinet d’avocats de son père, devenant la toute première femme avocate en Inde. Un statut qui ne manque pas de faire débat, alors que seuls les hommes sont autorisés à plaider au tribunal… Mais quand un meurtre est commis dans une riche maison musulmane pratiquant la purdah (séparation stricte des femmes et des hommes), elle est la seule à pouvoir mener l’enquête. Faisal Mukri a été retrouvé poignardé à Malabar Hill, chez son ancien employeur, Omar Farid, un riche marchand, lui-même décédé quelques semaines auparavant. Les potentielles témoins du crime sont ses trois veuves, vivant recluses dans une partie de la maison interdite aux hommes. Perveen arrivera-t-elle à comprendre ce qui s’est réellement passé ?
ce que j'en pene

A cheval entre l’enquête et le roman historique, l’intrigue nous immerge dans l’Inde des années 20 et plus précisément à Bombay où vit Perveen Mistry, première femme avocate de Bombay. Diplômée d’Oxford, elle exerce un travail de juriste dans le cabinet de son père, également avocat, étant donné l’interdiction qui l’empêche de plaider devant une cour au tribunal, du fait de sa condition féminine. Elle s’occupe donc des contrats, des testaments et autres formalités juridiques sans s’impliquer véritablement dans les affaires que représente son père. Jusqu’au jour où elle se retrouve engagée, à la suite d’un meurtre, dans une enquête mêlant trois femmes de confession musulmane qui respectent la purdah.

La construction particulière du récit est assez particulière et m’a, au départ, surprise, parce qu’il se compose d’une alternance entre les années 1916/1917 et l’année 1921, durant laquelle se déroule l’enquête de Perveen. L’auteur a pris le parti de revenir, durant quelques chapitres, sur le passé de l’avocate, ce qui permet d’en apprendre davantage sur la jeune femme, d’en savoir plus sur son parcours et les raisons qui l’ont poussée à partir étudier à Oxford ainsi que de comprendre comment elle est devenue la femme qu’elle est en 1921. Personnage attachant, indépendant, obstiné et téméraire, Perveen ne recule devant rien pour obtenir ce qu’elle veut et en cela, elle en est très passionnante.

Il n’était pas courant, à cette époque, pour les femmes de faire des études qui débouchent sur un métier qu’elle exercerait. Elles étaient davantage destinées à se marier, apprendre à cuisiner et faire le thé, tenir une maison et organiser leur intérieur. Ce qui distingue Perveen de la vision traditionnelle des femmes indiennes, puisqu’elle s’engage personnellement dans une enquête qui lui est normalement défendue. Librement inspirée de Cornelia Sorabji, la véritable première avocate femme de Bombay, elle représente la condition féminine en Inde au début du XXe siècle et, grâce à une éducation émancipée, une vision moderne de la femme.

Riche, complexe et passionnant, ce roman est également synonyme de dépaysement total, donnant à voir un aperçu de l’Inde multiculturelle et dynamique, au cœur de laquelle cohabitent nombreuses cultures. Il nous plonge dans la société indienne du XXe siècle, axant son propos sur la condition des femmes de l’époque et en rendant compte des disparités entre les hommes et les femmes, indépendamment de leur confession religieuse ou de leur appartenance ethnique. Cette immersion m’a captivée, du début à la fin, surtout qu’elle est servie de rebondissements et d’une intrigue qui rythme le récit, le rendant hautement addictif.

separateur-livre

Une enquête et des rebondissements qui rythment le récit du début à la fin. Cela donne vie à une histoire passionnante, appuyée par une héroïne attachante, téméraire et inspirante, qui axe son propos sur la condition des femmes en Inde au XXe siècle.

je recommande

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s