Bande-dessinée - historique

Le jardin, Paris • Gaëlle Geniller

En allant passer quelques jours de vacances chez ma sœur en février, elle m’a fait découvrir une librairie de bandes dessinées et je n’ai pu m’empêcher de craquer. Je me suis totalement laissée influencer par les conseils du libraire en repartant avec Le jardin, Paris que j’avais vu sur de nombreux comptes Instagram.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est resume.jpg

Années 1920. Rose est un garçon, et comme toutes les filles qu’il fréquente depuis sa naissance au cabaret dirigé par sa maman, il veut danser. Avec ce second livre, l’autrice de 24 ans, Gaëlle Geniller, frappe fort. « Le Jardin » est un cabaret parisien au succès grandissant dirigé par une femme. Toutes celles qui y travaillent ont un nom de fleur et l’ambiance y est familiale. Rose, un garçon de 19 ans, est né et a grandi dans cet établissement. Il souhaite à son tour être danseur et se produire sur la scène, devant un public, comme ses amies. Il va rapidement en devenir l’attraction principale.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ce-que-jen-pene.jpg

Quelle merveilleuse bande dessinée ! La couverture m’avait d’ores et déjà charmée mais les premières planches ont achevé de me convaincre et m’ont totalement subjuguée. Les graphismes de cette BD sont absolument magnifiques, il n’y a pas d’autres mots et ils ont très largement contribué à ce que cet ouvrage soit un immense coup de cœur, complètement inoubliable.

« Le jardin », c’est un cabaret en plein cœur de Paris dans lequel performent de nombreuses danseuses, chacune portant un nom de fleur. Au milieu de toutes ces femmes affirmées et élégantes est né Rose, une jeune homme, et, à 19 ans, il s’apprête à faire son entrée sur scène pour la première fois dans un numéro solo, sans savoir que cela va créer chez lui une véritable passion, et une grande renommée dans le Paris des années 20.

Rose est bel et bien un homme et pourtant, ce sont bien les femmes qui sont à l’honneur de cette remarquable bande dessinée au cœur de laquelle le genre est traité sans grande morale et avec beaucoup de justesse. En effet, Rose aime s’habiller de jupes et de robes tout en conservant ses attributs masculins, s’affirmant ainsi en tant qu’individu à part entière et non pas dans la binarité.

Au delà de cette thématique qui est, selon moi, traitée avec énormément de bienveillance, Le jardin, Paris renferme une histoire pleine de douceur, qui prône l’affirmation de soi, l’acceptation de soi, la confiance en soi, la sororité, la fraternité ou encore l’amitié. Au sein de ce cabaret floral, il cohabite une réelle solidarité entre toutes ses femmes, liées par le secret de leur passé mais leur envie de danser. Une tendre poésie se dégage de cet univers enchanteur, les illustrations sont délicates et m’ont charmée du début à la fin.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

Coup de cœur pour cette bande dessinée aux graphismes magnifiques, remplis de poésie et de bienveillance, qui prône la non binarité de genre, l’acceptation et l’affirmation de soi, la solidarité et l’amitié. L’histoire de Rose m’a enchantée et l’univers floral du cabaret Le jardin a su me charmer du début à la fin.

Un commentaire sur “Le jardin, Paris • Gaëlle Geniller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s