Mon midi, mon minuit ~ Anna McPartlin

17430669_841425279331739_864223745_o.jpg

Après le succès des Derniers Jours de Rabbit Hayes, pour lequel j’avais eu un coup de cœur l’année dernière, je n’avais qu’une hâte : retrouver la plume d’Anna McPartlin. Chose faite grâce aux éditions du Cherche-Midi, que je remercie chaleureusement, puisqu’ils m’ont donné l’occasion et l’opportunité de lire Mon midi, mon minuit qui sera en librairie le 6 avril.

RESUME-01

À la suite d’un drame, le monde d’Emma, jusqu’alors rempli de promesses, s’effondre. La jeune femme plonge dans le désespoir. Ses amis font alors bloc autour d’elle pour tenter de lui redonner le goût de vivre… Comment survivre à la perte et au chagrin ? Quel courage l’existence peut-elle parfois exiger de nous ?

CE QUEJE PENSE-01

Ayant un souvenir assez mémorable de ma lecture des Derniers Jours de Rabbit Hayes et ne souhaitant pas le raviver et ainsi perturber ma lecture, j’ai lu Mon midi, mon minuit comme s’il était le premier roman de l’auteur. C’est une vérité, en réalité car il a été publié en 2005 sous le nom Pack up to the Moon. Tenter de ne pas comparer ces deux romans n’a pas été chose aisée car les thématiques qu’ils abordent les lient plus qu’on ne pourrait croire.

Emma est une jeune (presque) trentenaire ordinaire, elle vit en couple dans une jolie maison à Dublin et est enseignante dans un collège. Rien ne semble présager un drame, rien ne semble présager un chagrin, une douleur, une perte. Pourtant, et on le comprend assez rapidement, un accident va venir lui enlever John. John, sa moitié, son compagnon depuis six ans, avec qui elle est installée et avec qui elle se voit vivre et grandir encore des années. Anna McPartlin débute, une fois encore, son roman par une tragique nouvelle et y inscrit la thématique forte et poignante du deuil, de la mort. Cependant elle va être abordée de manière différente.

La mort de John survient très rapidement et l’auteure va s’attacher à montrer le chemin qu’Emma va traverser pour retrouver un semblant d’équilibre, une vie stable sans sa moitié. Ainsi, on voit les nombreuses étapes du deuil par lesquels la jeune femme va passer : le déni, la colère, la négociation, la dépression et enfin, l’acceptation. On les voit également chez les proches d’Emma qui sont également les proches de John : Clo, Anne, Richard, Seán et Nigel. Cette approche m’a également permis de faire mon deuil de ce personnage que je ne connaîtrais pas mais dont j’ai découvert des bribes de vie au fur et à mesure.

L’atout majeur de ce roman, et le côté qui m’a le plus touché, c’est l’ascenseur émotionnel dans lequel on est emporté. C’est également ce qui m’avait plu dans Les Derniers Jours de Rabbit Hayes et force est de constater que c’est la particularité de l’auteure, en plus de posséder un don pour travailler des thèmes relativement fort avec légèreté et humour. On a envie de rire, de pleurer, de s’amuser, de pleurer à nouveau puis de rire. C’est absolument fantastique. L’auteure ne cherche pas nous faire vivre du pathos et du mélodramatique, elle pose des mots justes sur ce chagrin, sur cette perte et cela suffit à toucher le lecteur.

Ce roman m’a fait passer un excellent moment, ce ne sera pas un coup de cœur mais une lecture que je n’oublierais pas de sitôt car je garde un très beau souvenir d’Emma et de sa lente et pénible reconstruction. De plus, je ne peux m’empêcher d’avoir envie, en refermant ce livre, d’aller visiter Dublin et d’aller explorer ses quartiers.

SEPARATEUR-01

Un roman fort en émotions qui retrace la période de reconstruction d’une jeune femme dont la vie vient d’être marquée par la perte de son compagnon. Comment survivre à la perte de celui qu’on considère comme l’être le plus cher ? Comment se reconstruire après cet abandon ? Anna McPartlin donne le ton, dans un Dublin des années 90,avec des mots justes et empreint de sensibilité. Une lecture touchante qui fait tantôt sourire et tantôt pleurer : une pépite émotionnelle.

EXCELLENTE LECTURE-01


DSC_1103.JPG

J’ai eu l’occasion de rencontrer Anna McPartlin ce week-end au Salon du Livre de Paris, qui m’a dédicacé mon exemplaire de Mon midi, mon minuit. C’est une femme incroyablement gentille, souriante, avenante et chaleureuse !

Publicités

11 commentaires sur “Mon midi, mon minuit ~ Anna McPartlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s